La société informatique EASI remporte le trophée de l’Entreprise de l’année

La société informatique EASI remporte le trophée de l’Entreprise de l’année
Belga

EASI, spécialisée dans le secteur informatique, a été désignée lundi soir « Entreprise de l’année », un prix organisé par le bureau de consultance EY en collaboration avec L’Echo et BNP Paribas. La société succède à Easyfairs, qui l’avait emporté l’année dernière. Dufour (Marquain), John Cockerill (Seraing) et Trendy foods (Petit-Rechain) concouraient également pour cette prestigieuse distinction.

Fondée en 1999, EASI est une société belge de services informatiques qui propose des solutions développées à partir des dernières technologies, aussi bien dans des domaines tels que les logiciels et les applications mobiles que l’infrastructure, le cloud et la sécurité. « L’entreprise se distingue par son mode de management participatif mis en place dès les débuts (…) Aujourd’hui, 100 % des actionnaires d’EASI sont des collaborateurs (employés et managers), au total 43 actionnaires physiques. Tout employé peut prendre une part dans le capital de la société, et ce sous certaines conditions. EASI est un groupe qui emploie aujourd’hui plus de 200 personnes », a souligné le président du jury, Laurent Levaux.

Le CEO de la société Salvatore Curaba, ancien joueur de football professionnel à Charleroi (D1), a reçu le trophée des mains d’Elio Di Rupo, ministre-président wallon.

La société CluePoints également distinguée

Le prix de la ’Scale-up de l’Année’ 2019 a aussi été attribué lors de cette cérémonie officielle à l’Auditorium 2000 au Heysel. C’est « la jeune entreprise au fort potentiel de croissance » CluePoints qui a remporté cette 7e édition, succédant ainsi à Newpharma. Fondée en 2012, cette société néolouvaniste a développé un outil statistique de détection des anomalies dans les études cliniques qui a séduit et convaincu plusieurs géants du secteur pharmaceutique.

EY organise l’élection de « L’Entreprise de l’année » depuis 1996 avec pour but de « récompenser des entreprises de la Belgique francophone qui se distinguent par leur approche innovatrice, leur internationalisation, leur esprit d’entreprendre, leur vision stratégique, leur santé financière et leur ténacité en toutes circonstances ». Une version néerlandophone du concours est organisée demain/mardi au Heysel également. Quatre entreprises vont se disputer la couronne : Actief (Lummen), Aertssen (Stabroek), Kinepolis (Gant) et Torfs (Saint-Nicolas).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite