La société informatique EASI remporte le trophée de l’Entreprise de l’année

La société informatique EASI remporte le trophée de l’Entreprise de l’année
Belga

EASI, spécialisée dans le secteur informatique, a été désignée lundi soir « Entreprise de l’année », un prix organisé par le bureau de consultance EY en collaboration avec L’Echo et BNP Paribas. La société succède à Easyfairs, qui l’avait emporté l’année dernière. Dufour (Marquain), John Cockerill (Seraing) et Trendy foods (Petit-Rechain) concouraient également pour cette prestigieuse distinction.

Fondée en 1999, EASI est une société belge de services informatiques qui propose des solutions développées à partir des dernières technologies, aussi bien dans des domaines tels que les logiciels et les applications mobiles que l’infrastructure, le cloud et la sécurité. « L’entreprise se distingue par son mode de management participatif mis en place dès les débuts (…) Aujourd’hui, 100 % des actionnaires d’EASI sont des collaborateurs (employés et managers), au total 43 actionnaires physiques. Tout employé peut prendre une part dans le capital de la société, et ce sous certaines conditions. EASI est un groupe qui emploie aujourd’hui plus de 200 personnes », a souligné le président du jury, Laurent Levaux.

Le CEO de la société Salvatore Curaba, ancien joueur de football professionnel à Charleroi (D1), a reçu le trophée des mains d’Elio Di Rupo, ministre-président wallon.

La société CluePoints également distinguée

Le prix de la ’Scale-up de l’Année’ 2019 a aussi été attribué lors de cette cérémonie officielle à l’Auditorium 2000 au Heysel. C’est « la jeune entreprise au fort potentiel de croissance » CluePoints qui a remporté cette 7e édition, succédant ainsi à Newpharma. Fondée en 2012, cette société néolouvaniste a développé un outil statistique de détection des anomalies dans les études cliniques qui a séduit et convaincu plusieurs géants du secteur pharmaceutique.

EY organise l’élection de « L’Entreprise de l’année » depuis 1996 avec pour but de « récompenser des entreprises de la Belgique francophone qui se distinguent par leur approche innovatrice, leur internationalisation, leur esprit d’entreprendre, leur vision stratégique, leur santé financière et leur ténacité en toutes circonstances ». Une version néerlandophone du concours est organisée demain/mardi au Heysel également. Quatre entreprises vont se disputer la couronne : Actief (Lummen), Aertssen (Stabroek), Kinepolis (Gant) et Torfs (Saint-Nicolas).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite