Accueil Sports Athlétisme Euro - Mondiaux

Mondiaux d’athlétisme: un rouleau compresseur américain à Doha

Quatorze médailles or, vingt-neuf podiums : l’athlétisme américain a réaffirmé sa surpuissance lors des Mondiaux, au Qatar. Les USA se sont bien sûr exprimés en sprint, mais pas seulement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ils ne sont pas amis, ils seront sans doute rivaux dans dix mois, à Tokyo, même s’ils seront alors vraisemblablement unis dans les relais. Mais ils sont deux des nouveaux visages d’un athlétisme mondial en quête de réincarnation, charnelle et sportive, après la retraite du Jamaïcain Usain Bolt, en 2017. Christian Coleman (sacré sur 100 m) et Noah Lyles (couronné, lui, sur 200 m) symbolisent le retour à l’avant-plan du sprint américain et, par-devers eux, celui d’un athlétisme US surpuissant. Dans la chaleur moite de Doha, en ce stade Khalifa climatisé (25ºC) qui a souvent sonné creux, l’hérésie écologique et la réussite sportive des Mondiaux se sont entrechoquées dix jours durant. Mais une unanimité de constat a prévalu : l’archi-domination des États-Unis.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Euro - Mondiaux

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs