Syrie: pas de retrait américain, des soldats redéployés à l’intérieur du pays

Syrie: pas de retrait américain, des soldats redéployés à l’intérieur du pays
AFP

La décision de Donald Trump de retirer les soldats américains stationnés en Syrie près de la frontière turque ne concerne que 50 à 100 membres des forces spéciales qui seront « redéployés vers d’autres bases » à l’intérieur du pays, a déclaré lundi un haut responsable américain. « Il ne s’agit pas d’un retrait de Syrie », a-t-il assuré à des journalistes, ajoutant que ce redéploiement ne représentait en aucun cas « un feu vert » à une offensive militaire turque contre les forces kurdes dans le nord-est syrien.

Selon ce responsable, lorsque le président des Etats-Unis a compris, lors d’un appel téléphonique dimanche avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, que ce dernier avait l’intention d’aller de l’avant avec son projet « d’invasion potentielle » du nord-est de la Syrie, il a donné la priorité à la « protection » des soldats américains.

Les Etats-Unis ne s’opposeront pas militairement à la Turquie en Syrie

Il y a « un petit nombre, 50 à 100 membres des forces spéciales dans cette région, et ils ne doivent pas courir le risque d’être blessés, tués ou capturés si les Turcs passent la frontière et engagent des combats avec les forces kurdes locales », a expliqué ce haut responsable du gouvernement Trump qui a requis l’anonymat. « Ils vont être redéployés vers des zones plus sûres dans les prochains jours », a-t-il ajouté, évoquant ensuite à plusieurs reprises le nombre de 50 soldats. « Le fait qu’on les déplace ne constitue pas un feu vert », « il n’y a pas de feu vert », a-t-il insisté. Il a toutefois confirmé que les Etats-Unis ne s’opposeraient pas militairement à la Turquie en Syrie.

L’annonce dimanche soir par la Maison Blanche du retrait des soldats américains du côté syrien de la frontière avec la Turquie a été largement interprétée comme un feu vert à une offensive imminente d’Ankara contre les forces kurdes, pourtant alliées des Etats-Unis dans la lutte antijihadistes.

Cette décision a suscité une vive réprobation jusque dans les rangs républicains du président Trump.

Sur le même sujet
PolitiqueSyrieDonald Trump
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite