Accueil Belgique Politique

Coalition fédérale: le Roi confie une mission de préformation à Geert Bourgeois (N-VA) et Rudy Demotte (PS)

Après avoir déchargé de leur mission Didier Reynders et Johan Vande Lanotte lundi, le Roi lance ce mardi les deux anciens ministres-présidents en vue de rapprocher PS et N-VA. Et de tenter un gouvernement autour d’eux.

Temps de lecture: 3 min

Après avoir relevé de leur mission Didier Reynders et Johan Vande Lanotte lundi, le Roi a accueilli au Palais royal ce mardi matin deux anciens ministres-présidents, à savoir Geert Bourgeois pour la N-VA et Rudy Demotte pour le PS. Au terme de l’audience, il les a chargés d’une mission de préformation en ces termes : « examiner les bases concrètes en vue de la formation d’un gouvernement fédéral autour de leur parti respectif, et ceci avec les quatre autres partis impliqués dans les discussions », soit le MR, le CD&V, l’Open VLD et le SP.A.

Le Roi précise donc bien que les deux hommes vont tenter de rapprocher PS et N-VA et que c’est autour de ces deux grands partis qu’une tentative de formation d’un gouvernement fédéral doit avoir lieu. Ils feront rapport au Roi le lundi 4 novembre, ce qui leur laisse un mois pour cette mission jugée intermédiaire avant, peut-être l’entrée en piste des ténors socialiste francophone et nationaliste flamand. C’est le scénario optimiste. Scénario pessimiste : une mission intermédiaire avant le constat d’impossibilité d’accord entre PS et N-VA.

« Un champ de mines »

« Nous marchons très clairement dans un champ de mines, mais nous avons l’intention de jouer notre rôle, c’est-à-dire de regarder comment passer à travers ces obstacles et voir si, pour ce pays, il y a possibilité de mettre sur pied les conditions nécessaires à la formation d’un gouvernement », a commenté Rudy Demotte à la sortie du Palais. « Nous avons trois documents importants: la note des informateurs, une note complémentaire et une note budgétaire. Nous allons en examiner le contenu et tester les différentes solutions qui s’y trouvent ; et voir pour le 4 novembre s’il y a effectivement cette volonté de dialogue constructif. »

Depuis le 30 mai dernier, le socialiste flamand Johan Vande Lanotte et le libéral francophone Didier Reynders ont en effet préparé le terrain par une mission d’information. Ils ont rendu leur rapport final au Roi lundi après quatre mois de consultations. Convaincus que c’est désormais au PS et à la N-VA de « se jeter à l’eau ».

« Les opinions publiques flamandes et francophones ont parlé, déclare encore Rudy Demotte. La réalité est qu’il y a deux grandes familles politiques et que sans que celles-ci ne se parlent, rien n’est possible. Nous devons parler. Je pense que la modération et la raison sont nécessaires dans la situation actuelle. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par BEECKMAN Marc, mardi 8 octobre 2019, 13:49

    Soit c'est tout le monde sauf les extrêmes donc GROEN ECOLO PS SP/A MR VLD CDN&V CDH et NV/A - un gouvernement d'unité nationale ou c'est soit sans le PS ou soit sans la NV/A, les électeurs de gauches (70 % des francophones si on additionne les électeurs du PTB, du PS, D'ECOLO et même ceux du Mouvement ouvrier chrétien) ne comprendraient pas que les socialistes donnent leur blanc-seing à une coalition des droites ou il serait minoritaire ! Et lorsque je lis que les libéraux ont tout de même permis de brider les velléités nationalistes de la NVA je rigole ! Si le Vlaamse Block est monté aussi haut c’est parce que le MR a fermé les yeux quand FRANCKEN crachait son discours haineux, banalisant ainsi ces idées nauséabondes! Quant aux visites domiciliaires je vous signale que les libéraux du gouvernement en avaient accepté le principe c’est grâce a des vrais libéraux comme madame Defraigne a liège qui avait voté un arrêté communal contre ces mesures, et ce contre la ligne de conduite décrétée par ce parti que ce parti a du temporiser Rappel ACTE I - Le MR liégeois et Christine Defraigne prennent position contre les visites domiciliaires ACTE II - David Clarinval contredit Christine Defraigne ACTE III - le parti affirme son soutien au projet de loi ACTE IV - Richard Miller et Françoise Schepmans donnent de la voix et soutiennent Defraigne ACTE V - Charles Michel siffle la fin des débats, objectif, selon nos informations : calmer le jeu et gagner du temps pour qu’en haut lieu on s’accorde sur d’éventuels amendements à apporter au texte. Ce qui veut dire que grâce à la chute du gouvernement MR/ NVA la loi n’est jamais passée Mais que dans sa majorité le parti y était favorable. J’ai toujours considéré Mme Defraigne comme une grande démocrate et s’il y avait au MR un peu plus de représentants de ce calibre les choses seraient plus simple mais hélas cette tendance est de plus en plus minoritaire au sein de ce parti.

  • Posté par Deckers Björn, mardi 8 octobre 2019, 12:23

    @Paul Van Obberghen, nous serons au moins d'accord sur ce point. Au stade ou on en est si la NVA est incontournable, le PS l'est aussi à moins d'imaginer une désormais plus qu'improbable association d'Ecolo-Groen et de la NVA. Mais je suis aussi d'accord pour dire que le PS doit y aller mais aussi pouvoir embarquer son partenaire de groupe (le SP.A) dans la coalition. A priori resterait alors deux coalition possible, la bourguignonne (NVA-PS-SP.A-VLD-MR) ou l'asymétrique (NVA-PS-SP.A-MR-CD&V). Pour cela, la NVA doit abandonner l'idée de dupliquer la nouvelle majorité régionale NVA-CD&V-VLD au fédéral. Pour le retour aux urnes, vu les derniers sondages, il faut les éviter autant qu'il est possible ou alors ce sera cette fois un référendum sur la question existentielle. Un carton annoncé VB-NVA dans cet ordre signerait la déroute finale.

  • Posté par Van Obberghen Paul, mardi 8 octobre 2019, 13:28

    CD&V ou OpenVLD, un des deux est en trop pout maintenir une majorité dans le collège linguistique flamand et avec le même nombre de sièges les deux sont également "dispensables". Cela dit, le CD&V, plus perdant que l'OpenVLD, n'a en plus, pas de mirroir côté francophone puisque le CDh s'est éliminé. Je n'ai lu nullepart que la NVA exigeait de reproduire la Suédoise (désormais uniquement flamande) au fédéral. Et je vois mal le MR ne pas demander que son mirroir n'en soit pas. La Bourguignonne me semble donc plus cohérente avec les 3 premiers groupes du parlement. Certes, ça serait un gouvernement plus libéral que social, mais cela reste un gouvernement représentant le plus correctement les tendances actuelles du pays, puisque la Flandre est très à droite ET représente tout de même toujours 60% de la totalité des belges, et sa forte tendance nationaliste y serait aussi représentée même bridée. Ça serait donc, démocratiquement, ce qui me semble être le plus équilibré. Simple, ça ne sera pas, mais ça vaudra toujours mieux que de retourner voter.

  • Posté par PIET Daniel, mardi 8 octobre 2019, 11:53

    Permettez-moi de rappeler que le PS n'a pas "gagné" les élections du 26 mai dernier. Le PS a perdu 8 sièges de parlementaires...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 8 octobre 2019, 12:17

    Vous faites sans doute bien de le rappeler mais si on ne fait qu'un gouvernement avec ceux qui ont gagné des sièges, je vous souhaite bien du plaisir pour associer le VB, le PTB-PVDA et Ecolo-Groen. Déposez donc votre candidature de formateur au palais. Je doute qu'elle soit retenue...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une