Wallonie: deux nouveaux critères vont modifier la taxe de circulation

Wallonie: deux nouveaux critères vont modifier la taxe de circulation
D.R.

Deux nouveaux critères vont modifier la taxe de circulation en Wallonie, indique ce mardi à Bel RTL le ministre wallon de la mobilité et du climat, Philippe Henry (Ecolo).

Les critères du taux de rejet de CO2 et de la « masse/puissance » vont remplacer les chevaux fiscaux pour établir les taxes de mise en circulation et de roulage. Il s’agirait donc de favoriser les petites voitures, au détriment des gros SUV.

Les voitures les plus polluantes passeront à la caisse dans les trois Régions

Philippe Henry se veut toutefois rassurant : « On ne va pas supprimer l’usage de la voiture, mais il est important que lorsqu’on choisit une voiture, on le fasse en prenant les véhicules les moins polluants d’une part (donc le niveau de CO2), et d’autre part qu’ils soient les moins impactants pour la voirie et l’espace public (donc le deuxième critère sera la masse/puissance). »

Le ministre wallon de la mobilité tient également à préciser qu’il s’agit d’un premier pas mais que le chemin reste long : « Ce n’est qu’une phrase dans la déclaration de politique régionale. Maintenant, il faut organiser toute la législation autour de tout ça. Ce sera un gros travail, notamment avec mon collègue le ministre de la fiscalité, Jean-Luc Crucke (MR), et ma collègue Céline Tellier (Ecolo), ministre de l’environnement. Car plusieurs compétences doivent être associées à cette réflexion, mais c’est une réforme très attendue de la fiscalité automobile. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite