Accueil Belgique Politique

Nethys: le MR critique le rôle de la présidente PS d'Enodia

«Trop, c’est trop» : Jean-Claude Jadot (MR) veut que la situation évolue rapidement.

Temps de lecture: 3 min

Le conseil d’administration d’Enodia (ex-Publifin), maison-mère de Nethys, se réunit mardi matin à Liège pour se pencher sur la décision de la tutelle wallonne de casser les ventes de Voo, Win et Elicio, filiales de Nethys. La masse des médias a accueilli des administrateurs plutôt remontés, pressés que l’affaire dite « Publifin » arrive enfin à son terme. « Trop, c’est trop », a d’emblée déclaré Jean-Claude Jadot (MR), vice-président d’Enodia, plaidant pour que l’on avance rapidement. « Le CA d’Enodia aurait pu se tenir lundi déjà mais la présidente (Muriel Targnion, PS, NDLR) a préféré attendre », a déploré le libéral.

Dimanche, le gouvernement wallon a cassé les ventes de trois filiales de Nethys : Voo, Win et Elicio. L’ensemble des administrateurs de Nethys ont démissionné de leur fonction dans la foulée.

La révélation de ces ventes dans la presse au mois de septembre avait soulevé un vent d’indignation, Nethys ayant conclu des accords en mai, sans en avertir sa maison-mère.

« Les administrateurs de Finanpart devront dire qu’ils se réunissent tout de suite »

A l’ordre du jour de ce mardi, le CA d’Enodia prendra acte des décisions du gouvernement wallon et écoutera également la présentation du rapport d’expertise qu’il avait commandé pour vérifier la légalité et la valorisation de la vente des actifs commerciaux de Nethys. « Vu la position du gouvernement wallon, on peut penser que nous arriverons aux mêmes conclusions et que nous devrons faire annuler les actes » de vente, avance Muriel Gerkens, administratrice Ecolo.

Le CA devrait également convoquer le conseil d’administration de Finanpart, structure intermédiaire entre Nethys et Enodia, qui pourra à son tour convoquer une assemblée générale extraordinaire de Nethys. Il se tiendrait jeudi mais Mme Gerkens souhaite qu’il se déroule ce mardi, les administrateurs d’Enodia et de Finanpart étant les mêmes. « Les administrateurs de Finanpart devront dire qu’ils se réunissent tout de suite, en motivant l’urgence, soit la convocation de l’AG extraordinaire », explique-t-elle. L’AG devra alors « désigner un nouveau CA (pour Nethys, NDLR), dont les missions seront clairement définies : écarter le management actuel et arrêter les ventes en cours », plaide Mme Gerkens.

Pour Damien Robert, administrateur PTB, c’est clair : Stéphane Moreau, administrateur délégué de Nethys, doit être immédiatement licencié pour faute grave dès ce mardi, sans indemnités. Il était soutenu par une dizaine de militants du PTB qui avaient fait le déplacement, affublés de pancartes exigeant l’arrêt définitif des privatisations et l’éviction du management de Nethys.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Bernard Jean-pierre, mardi 8 octobre 2019, 17:21

    C'est comique de lire que tout à coup les administrateurs (PS, écolo et consorts) se penchent sur les agissements de leur CEO et du management !!!! Mais pourquoi ont-ils été choisis par les actionnaires ??? Pour dormir tranquillement sur leur fauteuil et …. toucher ! La responsabilité de tous les administrateurs doit être engagée car ils ont été payés pour administrer, c'est-à-dire au minimum contrôler et surveiller.

  • Posté par Delpierre Bernard, mardi 8 octobre 2019, 15:41

    La société Finanpart dont l'existence a surtout servi de paravent et aussi d'obstacle à la communication d'Enodia ( ex-Publifin ) sur les décisions prises en aval par Nethys et dont le C.A avait pourtant voté à la quasi unanimité la dissolution en février 2018 (selon les informations fournies par la LB à cette époque) est toujours présente plus de 18 mois après faute pour l'AG d'avoir été convoquée pour concrétiser cette dissolution....C'est dire la lenteur sidérante des responsables et leur mépris des recommandations votées au parlement wallon à l'issue des enquêtes "Publifin" et ce qui est encore plus interpellant , c'est la composition du C.A de Finanpart (copié-collé de celui du holding Enodia). C'est à croire que ce jeu de chaises musicales doit durer le temps d'attendre les réactions de Fornieri (évincé des achats de Win et d'Elicio) et surtout de Moreau (évincé notamment d'un poste d'administrateur -délégué dans la nouvelle structure), que va-il exiger comme bonus de départ en échange de son silence sur les dossiers qu'il s'est sûrement constitué en bon stratège qu'il est car il ne va pas lâcher l'eldorado pour une prime de licenciement légale (ni même conventionnelle) sachant ce qu'il sait des vautours qui se sont nourris sur la bête. Et le PTB qui pense que la faute grave (donc sans indemnités) pourra être appliquée va vite déchanter au vu de la duperie orchestrée en coulisses pour donner une façade légalement convenable à la sortie vaudevillesque de celui qui en savait trop...

  • Posté par stals jean, mardi 8 octobre 2019, 13:28

    Depuis des semaines que les médias évoquent les conseils d'administrations ou d'Enodia (ex Publifin) ou celui de Nethys, évoquent les filiales de Nethys ;Voo, Win, Elicio, et les administrateurs de Finanpart, qui sont -ils ? les mêmes probablement... jamais les noms de ces gens la ne sont apparus dans la presse, ce n'est pas normal, jamais les noms de ceux qui tirent les ficelles ne sont apparus nul part. et à propos du management de Nethys pareil...

  • Posté par Denoel Paul, mardi 8 octobre 2019, 13:11

    Nous les Liégeois,les citoyens,ceux qui aiment ou on aimés leur"Cité Ardente"nous devons savoir la vérité car on ne peut pas laisser traiter des personnalités de notre ville comme de vulgaire malfaiteurs. Mais nous devons pouvoir savoir et comprendre,même moi qui suit depuis le début et qui a été a des réunions ,je ne comprend plus mais je veux comprendre,je ne veux pas juger. Nous avons une télévision communautaire qui s'appelle RTC. Ma proposition est simple mais inédite. Créons pendant 8 jours très vite une émission de soirée et posons des questions écrites et identifiables sur toute cette histoire qui concerne des milliers d'emplois et des millions d'euros pour nos communes et notre Province. Entre habitants de la Province nous demandons à des personnalités comme par exemple le Bourgmestre de Olne,un juge de Anvers,un homme d'affaire de réputation de Bruxelles,etc soient sollicités pour trier et rendre intéressante les questions citoyennes Et nos accusés viendront répondre à nos doute,à nos interrogations.bref aux questions légitimes que ce posent les citoyens Liégeois en priorité. Et les journalistes de RTC,pourraient reprendre l'historique de cette Intercommunale. C'est le moment de montrer que nous les Liégeois,on ne nous convoque pas sans nous entendre,sans nous laisser exposer la vérité. Et si la vérité est difficile a expliquer au moins,on ne nous jugera pas avec c'est fameux shérif de la Commission Di Rupo qui ont sans venir s'expliquer demander que l'on vendent les actifs soumis à la concurrence du marché sans en avoir le droit car le droit revenait aux communes et à la province de Liége actionnaires majoritaires.

  • Posté par Tamo Guillaume, mardi 8 octobre 2019, 12:31

    Il suffit de relire certains commentaires et articles de presse lors de la sortie du scandale PUBLIFIN : "système mafieux", "mafia liégeoise" ...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une