Ouïghours: Washington place 28 organisations chinoises sur liste noire

Ouïghours: Washington place 28 organisations chinoises sur liste noire
Reuters

Les Etats-Unis ont placé 28 organisations gouvernementales et commerciales chinoises sur liste noire, leur reprochant d’être impliquées dans la campagne de répression des autorités visant notamment la minorité musulmane ouïghoure, a annoncé lundi le département américain du Commerce. « Le gouvernement américain et le département du Commerce ne peuvent pas tolérer et ne tolèreront pas la répression brutale des minorités ethniques à travers la Chine », a justifié, cité dans ce communiqué, Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce cité dans un communiqué.

Cette décision américaine intervient à quelques jours de la reprise des négociations entre Pékin et Washington en vue de parvenir à un accord commercial global pour mettre fin à l’impasse de la guerre des taxes douanières que se livrent depuis plus d’un an les deux premières économies mondiales. Ces organisations se voient privées de la possibilité d’importer des produits depuis les Etats-Unis. « Cette mesure permettra que nos technologies (…) ne soient pas utilisées pour réprimer des populations minoritaires sans défense », a ajouté M. Ross.

Le gouvernement américain indique que huit de ces organisations sont des entités commerciales, les autres étant des groupes gouvernementaux, dont le bureau de la sécurité publique dans le Xinjiang, région du nord-ouest de la Chine où sont internés dans des camps jusqu’à un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, selon experts et organisations de défense des droits humains. « Ces entités ont toutes été impliquées dans la mise en place de la campagne chinoise de répression, de détention arbitraire de masse et de surveillance de haute technologie », précise le communiqué américain.

Pas « de problèmes de droits de l’Homme » au Xinjiang

Cette décision a fait réagit Pékin. « La Chine exprime son fort mécontentement et son opposition résolue », a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, estimant qu’il n’y avait pas « de problèmes de droits de l’Homme » au Xinjiang, contrairement à ce qu’affirme Washington.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite