«Chambre 212», romanesque à souhait: nos critiques des sorties cinéma

Chambre 212 (Christophe Honoré)

Une mise en scène théâtrale facétieuse et des dialogues mordants. On pense aussi aux comédies sentimentales américaines des années 40-50. Ce film est truffé de clins d’œil ciné. Romanesque à souhait.

Au nom de la Terre (Edouard Bergeon)

Un film terrible qui ne laissera personne indifférent. Avec cette fiction largement inspirée par des faits réels, ce sont de vastes problématiques qu’il soulève. Desquelles on ne peut que prendre conscience, déjà rien que par la justesse des acteurs.

Le regard de Charles (Marc di Domenico)

L’occasion de pénétrer dans l’intimité d’un homme qui ne cherche pas à cacher ses défauts. La voix de Romain Duris accentue encore plus le côté « confidences » d’un film chronologique d’une heure quart qui n’oublie pas les chansons, les tubes comme des interprétations ou des chansons moins connues.

Le Chardonneret (John Crowley)

Ce n’est pas une catastrophe industrielle mais ce film est d’un classicisme froid et se cherche en même temps assez furieusement une personnalité. Thriller sur la fin, études de mœurs au début, satire sociale au milieu : qu’est-ce donc, finalement ?

Gemini Man (Ang Lee)

Tout l’aspect scientifico-éthique de l’histoire est balayé en trois secondes : ça craint. Il reste un clone numérique bluffant, mais surtout des dialogues sans intérêt et un film où l’action vaut par une scène à peine. La méga haute définition d’Ang Lee donne une image tellement nette que toute la « magie » du cinéma s’en retrouve effacée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite