Accueil Société

«Pavés de la Mémoire»: l’hommage aux martyrs de l’Enclos des Fusillés et aux 38 anonymes du cimetière privé de la RTBF

Des pavés de la Mémoire dédiés aux Résistants inhumés à l’Enclos des Fusillés sont posés à partir de jeudi. 38 héros inconnus demeurent non identifiés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 8 min

La pose, à partir de mercredi, de 50 « Pavés de la Mémoire » dédiés aux inhumés de « l’Enclos de Fusillés » étend, pour la deuxième année consécutive cet acte mémoriel aux résistants de toutes origines alors qu’il était initialement réservé aux Juifs victimes de la répression et des massacres nazis.

L’ouverture de ce cycle commémoratif (qui implique la pose de 195 pavés devant les domiciles des victimes), auquel participeront dans plusieurs villes du pays, des autorités publiques mais aussi – et surtout – des écoles, s’étendra sur plusieurs jours. Il rappelle surtout, en ce 75e anniversaire de la Libération de Bruxelles que « l’Enclos des Fusillés » est un lieu de Mémoire ignoré et délaissé alors qu’il fut le principal lieu de souffrance des deux Guerres à Bruxelles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par FRISQUE Christian, mercredi 9 octobre 2019, 12:43

    Le site de l'Enclos est classé depuis 1983 et à ce titre tant la Direction du Patrimoine Culturel que la Commission Royale des Monuments et Site accordent la plus grande attention à son devenir dans le cadre du projet de PAD "Médiapark". Parmi les tombes, on remarquera celle de Léon BAR, qui fit partie du réseau Samoyède, groupe de résistants ayant établi un réseau d'émetteurs radio capable de couvrir le pays au fur et à mesure de la Libération. Ce qui devrait plus particulièrement interpeler la RTBF qui construit son nouveau siège à proximité.

  • Posté par Francis Grunchard, mardi 8 octobre 2019, 21:50

    Voir le commentaire d’Eric Picard sur la page de l’Association pour la Memoire de la Shoah.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mardi 8 octobre 2019, 17:54

    "Cap Acorna" et non Ancorna et la pose est "dédiée" et non "dédicacée". Ce site mérite toute notre attention et notre respect, même dans l'écriture !

  • Posté par Duchaine Anne, mardi 8 octobre 2019, 17:10

    incroyable. Petite, j'accompagnais régulièrement la fille d'un fusillé au "Tir National". Il faut TOUT faire pour préserver ce lieu de mémoire et garantir le recueillement. Question de respect dû aux suppliciés et à toutes les victimes du nazisme. Que les scientifiques et les historiens fassent un travail d'identification si c'est possible. Incroyable que le privé possède un tel lieu !!!!!!!

  • Posté par Rutten Didier, mardi 8 octobre 2019, 17:06

    J'ai visité tout récemment (un mois ou deux) l'enclos des fusillés qui était propre, entretenu, dans un état tout à fait convenable. je suis donc étonné par certains aspects de l'article.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs