Accueil Opinions

L’Etat italien perd un combat contre la mafia

La Cour européenne des droits de l’Homme donne raison à un mafioso contre une loi italienne. Un dispositif d’exception pourtant vu comme indispensable par les acteurs de la lutte antimafia.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La grande chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a donné définitivement raison, mardi, à un mafioso contre l’Etat italien. Le pays devra revoir une mesure phare de son arsenal législatif antimafia : l’ergastolo estativa, la réclusion à perpétuité et ses mesures de sûreté afférentes.

Marcello Viola fait (faisait ?) partie d’un clan mafieux du cœur de la Calabre, installé à Taurianova. Il est condamné plusieurs fois dès les années 1990. Et pas en tant que simple soldat ! Mais bien en tant que chef d’un clan responsable de plusieurs meurtres.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs