Paul Magnette promet qu’il ne mangera plus de Bicky Burger

Paul Magnette promet qu’il ne mangera plus de Bicky Burger
Dominique Duchesnes

Bicky Burger est dans l’œil du cyclone. L’entreprise est fortement critiquée pour avoir mis en scène un homme frappant une femme car elle lui a apporté « un faux Bicky ».

Plusieurs personnalités belges ont tenu à réagir, dont Paul Magnette. Le socialiste a publié le message suivant sur son compte Twitter : « Et bien moi je ne mangerai plus jamais de Bicky Burger (et ça ne me manquera pas). »

La vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard (Ecolo) s’est quant à elle insurgée sur le même réseau social. « En Belgique en 2017, 38 femmes ont été tuées parce qu’elles étaient des femmes. En 2016, on a enregistré 18 000 plaintes pour violences conjugales en Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est un sujet grave qu’il est totalement irresponsable de banaliser @bickyburger. »

Même son de cloche du côté de la cheffe de file cdH à Bruxelles, Céline Fremault : « Cela fait 6h que #BickyBurger a publié cette « pub », elle est encore en ligne. Comment peut-on banaliser les violences faites aux femmes ? Pour citer votre publication : « Sérieux » ? Au nom de toutes les femmes décédées en Belgique et ailleurs, le retrait immédiat et des excuses s’imposent. »

La réclame décriée n’était plus visible sur la page Facebook de la marque Bicky Burger mercredi dans la matinée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite