Plus de 2.000 km de plages du Brésil souillés par du pétrole à l'origine mystérieuse (photos)

Plus de 2.000 km de plages du Brésil souillés par du pétrole à l'origine mystérieuse (photos)

Le mystère restait entier sur l’origine de grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages paradisiaques du nord-est du Brésil, dont le président Jair Bolsonaro a affirmé qu’elles provenaient de l’étranger, tout en évoquant l’hypothèse criminelle.

«Nous ne sommes pas en présence d’une fuite constante. S’il s’agissait du naufrage d’un pétrolier, les fuites continueraient en ce moment. Cela semble être criminel, ce pétrole pourrait avoir été déversé en mer», a affirmé mardi le chef de l’Etat lors d’un point presse à Brasilia.

À ses côtés, le ministre de l’Environnement Ricardo Salles a déclaré que la priorité du gouvernement était d’«agir vite pour retirer ce qui est au sol et d’approfondir l’enquête pour en découvrir l’origine». Il s’était rendu sur place lundi et avait annoncé sur Twitter que «plus de 100 tonnes de pétrole» avaient été retirées des plages du nord-est.

La compagnie pétrolière d’Etat Petrobras a assuré que ses analyses montraient que ce pétrole «n’est ni produit ni commercialisé par l’entreprise», mais a accepté de prendre part au nettoyage.

Le projet Tamar, spécialisé dans la protection des tortues marines, a assuré qu’il s’agissait de «la pire tragédie environnementale» à laquelle il devait faire face depuis sa création en 1980.

Ses responsables ont annoncé la semaine dernière avoir suspendu le lâcher de bébés tortues dans la nature en raison de la pollution pétrolière.

Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été constatées sur au moins 2.000 km le long de la côte atlantique. Elles ont atteint à présent l’ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l’activité économique dépend en grande partie du tourisme.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite