Conflit en Syrie: la Turquie franchit la frontière au nord-est du pays

Conflit en Syrie: la Turquie franchit la frontière au nord-est du pays
AFP

Les troupes turques ont commencé à envahir le nord-est de la Syrie pour repousser les combattants kurdes, a annoncé mercredi, sous couvert d’anonymat et sans plus de détails, un responsable turc à l’agence Bloomberg. Un peu plus tôt, les Forces démocratiques syriennes (FDS), menées par des Kurdes, ont déclaré l’état d’alerte pour faire face à l’invasion turque, qui était imminente.

« Puisque les menaces et la mobilisation de l’armée turque et de ses mercenaires s’intensifient, nous appelons notre peuple à se rendre à la frontière avec la Turquie pour effectuer leur devoir moral et résister en ces moments historiquement sensibles », ont harangué les FDS dans un communiqué.

Un convoi militaire turc d’une centaine de véhicules, transportant des soldats, des armes et des équipements de construction a pris la route d’Akcakale, dans la province de Sanliurfa, à 6 km de la ville stratégique de Tal Abyad dans le nord-est de la Syrie, avait déjà indiqué l’agence de presse étatique turque Anadolu. « L’armée turque et l’Armée syrienne libre (ASL) franchiront bientôt la frontière turco-syrienne », avait averti durant la nuit dans un courrier à Washington Fahrettin Altun, directeur de la communication du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Lundi, les troupes américaines stationnées dans le nord-est de la Syrie avaient commencé à se retirer de la zone, laissant la voie libre aux militaires turcs.

Les FDS, composées notamment de combattants arabes et soutenues par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, et sa principale milice armée les YPG (Unités de protection du peuple) ont été en première ligne de la lutte contre l’État islamique en Syrie. Ankara insistait toutefois pour que les forces kurdes se retirent de la zone syrienne frontalière de la Turquie, arguant que les FDS étaient liées au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), classé comme organisation « terroriste » par Ankara, Washington et l’Union européenne.

Les Forces démocratiques syriennes ont annoncé qu’elles tiendraient l’ONU, les États-Unis, l’Union européenne et la Russie pour responsables d’une « catastrophe humanitaire » dans le nord de la Syrie en cas d’invasion turque.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite