Le prix Nobel de chimie récompense trois scientifiques pour le développement de batteries lithium-ion

John Goodenough
John Goodenough - AP

Le prix Nobel de chimie a récompensé mercredi l’Américain John Goodenough, le Britannique Stanley Whittingham et le Japonais Akira Yoshino pour l’invention des batteries au lithium, aujourd’hui présentes dans de nombreuses technologies du quotidien.

« Ce type de batterie légère, rechargeable et puissante est maintenant utilisé partout, dans les téléphones et ordinateurs et les véhicules électriques. Elle peut également conserver des quantités significatives d’énergie solaire et éolienne, ouvrant la voie à une société libérée des énergies fossiles », a expliqué l’Académie suédoise royale des sciences qui décerne le prix. « Les batteries lithium-ion ont révolutionné nos vies, elles sont utilisées partout : de nos téléphones portables aux ordinateurs et véhicules électriques », a salué l’Académie. « Grâce à leurs travaux, les lauréats ont posé les fondations d’une société sans fil et indépendante des combustibles fossiles. »

John B. Goodenough a doublé le potentiel des batteries lithium, « créant les bonnes conditions au développement d’une batterie bien plus puissante et utile », tandis qu’Akira Yoshino est parvenu à remplacer le lithium pur par du lithium-ion, plus sûr, rendant la batterie utilisable dans la pratique. Quant à M. Stanley Whittingham, il utilisa au début des années 1970 l’énorme conductivité du lithium pour libérer son électron externe lorsqu’il développa la première batterie au lithium fonctionnelle, a précisé l’institution.

Lors de l’annonce des lauréats, Göran Hansson, secrétaire général de l’Académie royale des sciences de Suède, s’est réjoui de l’accueil enthousiaste réservé par le public aux travaux primés.

À 97 ans, le natif allemand John B. Goodenough est le lauréat le plus âgé des Nobel de chimie. Avant lui, John B. Fenn avait remporté ce prix à 85 ans.

Sur le même sujet
Prix et récompenses
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite