Le château d’Argenteuil, ancienne résidence du roi Léopold III, est à vendre

Le château d’Argenteuil, ancienne résidence du roi Léopold III, est à vendre
PhotoNews

Le château d’Argenteuil, jadis résidence du roi Léopold III, est à nouveau à vendre, rapportent les journaux L’Echo et De Tijd. Le vendeur est l’excentrique homme d’affaires wallon Jean-Marie Delwart (80 ans), ancien directeur général de la holding cotée en bourse Floridienne et descendant d’Ernest Solvay. Il a acquis le château il y a 15 ans pour «à peine» 7,8 millions d’euros. Le prix demandé serait aujourd’hui d’au moins 20 millions d’euros, ce qui en fait l’une des transactions immobilières ls plus coûteuses de notre pays.

Une histoire mouvementée

L’histoire du château ne s’est pas toujours écrite sur un lit de roses. «Il a longtemps été occupé par Léopold III et sa seconde épouse, Lilian Baels. À partir de 1960, ils ont vécu un ’exil volontaire’ dans cette belle demeure, propriété de l’État fédéral. Pendant plus de 40 ans, tous les gouvernements qui se sont succédé étaient trop heureux de voir ainsi le souverain déchu confiné dans ce qui ressemblait fort à une cage dorée», écrit L’Echo. Léopold III a transformé Argenteuil en base arrière de ses nombreux voyages exotiques, au point d’en faire un musée de ses multiples objets ramenés de ses expéditions lointaines.

A la mort de Léopold III en 1983 et celle de la princesse Liliane en 2002, le gouvernement belge n’a pas exaucé le vœu des enfants de Léopold III d’ériger un mémorial en l’honneur de leur père. Le gouvernement décida, en 2004, de mettre le domaine, de 140 hectares, en vente publique. C’est Jean-Marie Delwart qui l’acquit et y organisa des réunions de sa fondation (Fondation Delwart), qui s’investit dans les recherches éthologiques.

Selon De Tijd, les coûts d’entretien du château sont importants et une rénovation de plusieurs millions est nécessaire.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite