Accueil Opinions Chroniques

Quand la Flandre cultive la politique de l’identité

Le gouvernement flamand, dominé par la N-VA, part avec une « mission identitaire et culturelle ». Le nouveau ministre-président Jan Jambon entend, pour mener à bien son ambition, s’inspirer des Pays-Bas voisins.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Le Joyau des Pays-Bas », une émission de télévision néerlandaise de 2018, a permis aux téléspectateurs de voter pour un objet néerlandais qui leur donnait le plus grand sentiment de fierté et qui pourrait fonctionner comme la pièce maîtresse du pays. 150 objets ont été présentés par des experts, répartis en trois catégories. 1.500 participants ont déterminé le vainqueur dans chacune des trois catégories. Après cela, le public a voté pour l’objet qu’il considérait comme la pièce maîtresse. Le vainqueur : un document intitulé, le « Plakkaat van Verlatinge », un acte rédigé par les États généraux des Pays-Bas le 26 juillet 1581, proclamant l’indépendance des Provinces-Unies - mais au cours de la guerre de Quatre-Vingts Ans, la Flandre fut presque entièrement reconquise par les Espagnols.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Carré Albin, jeudi 17 octobre 2019, 1:15

    N'a-t'il pas songé à changer de nom pour le rendre conforme aux nouvelles normes?

  • Posté par De Moor Alex, vendredi 11 octobre 2019, 7:43

    Un regard sur l'histoire montre que la démarche de la Flandre n'est pas unique loin de la. Je n'ai aucune sympathie pour cette approche mais bxl et la Wallonie doivent être conscients que cette démarche d'un parti est devenue celle d'une région même si elle ne fait pas l'unanimité. Comme dans un divorce, il faut en tirer les conclusions et s'y préparer car il est peu probable qu'il y ait un retour en arrière. Hélas, la Wallonie a perdu les leviers du pouvoir dans bon nombre de société d'État (SNCB...) Et ses politiques sont plutôt empêtré s dans des affaires politiques comme nethys , occupés a se battre entre Carolo, liégeois, brabançons et autre mouvances plutôt que de concrétiser un projet de région wallonne viable et agréable pour ces habitants. On en est au point où il faudra vendre chèrement sa peau: soit on s'y préparer intelligemment, soit on continue à croire aux chimères. Austerlitz ou Waterloo : notre sort est entre nos mains, ne perdons pas ce dernier pouvoir que nous avons.

  • Posté par Poullet Albert, mercredi 9 octobre 2019, 20:31

    Des minables ringards sur un confetti minuscule !

  • Posté par Stroobants Nathalie, mercredi 9 octobre 2019, 17:47

    « Plakkaat van Verlatinge », un acte rédigé par les États généraux des Pays-Bas le 26 juillet 1581 Quand on veut se forger une stature de nation artificielle il faut souvent remonter très loin le cours de l'histoire lol

  • Posté par Carré Albin, mercredi 9 octobre 2019, 14:45

    Pour ces flamands, l'avenir, c'est une petite république nationaliste racrapotée sur elle-même baignant dans un bouillon historique taillé sur mesure et épuré flattant leur passé glorieux. Cela s'est déjà fait ailleurs au vingtième siècle... Pas sûr que ce soit porteur d'un avenir radieux.

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Peut-on parler calmement des institutions?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : la « désinstitutionnalisation » telle que l’entend l’article 19 de la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées est-elle applicable et souhaitable en toute circonstance ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs