Pierre-Yves Dermagne (PS): «Les instances d’Enodia et de Nethys doivent prendre leurs responsabilités»

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) a de nouveau refusé l’envoi d’un commissaire spécial à Liège.
Le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) a de nouveau refusé l’envoi d’un commissaire spécial à Liège. - Belga

A la faveur des questions urgentes d’actualité, le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) a de nouveau été interrogé ce mercredi sur les développements du dossier Nethys. Plus déterminée que jamais, l’opposition CDH et PTB a notamment réclamé l’envoi de toute urgence d’un commissaire spécial à Liège. Pour François Desquesnes, il n’y a pas le choix.

Le chef de groupe CDH craint « une casse de 20 millions » correspondant aux parachutes dorés dont pourrait bénéficier le management de Nethys si les instances de la société n’établissent pas de faute grave dans son chef.

Rejet du commissaire spécial

Une fois de plus, le ministre a rejeté cette perspective dans l’état actuel du dossier : « J’ai agi en utilisant les procédures que le code de la démocratie locale met à ma disposition. Elles ont débouché sur les annulations de ventes annoncées dimanche. Je ne suis pas un juge. »

Pierre-Yves Dermagne a rappelé que les responsables d’Enodia et Nethys ont répondu jusqu’à présent aux demandes d’information introduites par l’administration. Ils ne sont donc pas pris en défaut d’obtempérer, ce qui les met à l’abri de ce commissaire spécial. « Je ne suis pas en mesure d’envoyer ce commissaire spécial », a-t-il insisté.

Pour le gouvernement wallon, la balle est plus que jamais dans le camp des instances du groupe liégeois : « Je ne comprendrais pas que les responsables d’Enodia et de Nethys ne tiennent pas compte des annulations qui ont été prononcées il y a quelques jours ainsi que de leur justification. C’est de leur entière responsabilité. »

Sous-entendu : le groupe intercommunal a toutes les armes en mains afin de mettre un terme sur le champ et sans indemnités de départ aux contrats de managers dont Stéphane Moreau. Pas de quoi convaincre l’opposition qui semble craindre le pire pour les heures et les jours qui viennent si le gouvernement wallon maintient sa confiance aux instances locales.

► Nethys aura un nouveau conseil d’administration dès vendredi

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite