Roberto Martinez avant Belgique – Saint-Marin: «Romelu Lukaku jouera s’il est prêt» (vidéo)

À un point d’une participation sûre à l’Euro 2020, les Diables rouges s’apprêtent à affronter Saint-Marin sereinement et avec le plein de confiance malgré quelques absences dans les rangs (De Bruyne, Kompany, Casteels, Lestienne).

À la veille de ce match, Roberto Martinez s’est présenté face à la presse pour répondre aux dernières questions des journalistes. Il a donné quelques indications sur les Diables qu’il alignera.

Morceaux choisis de sa conférence de presse de Roberto Martinez :

Le point sur l’effectif : « Leander Dendoncker est forfait pour Saint-Marin et incertain pour le Kazakhstan. Simon Mignolet deviendra papa dans les prochains jours, donc il a quitté la sélection. Romelu Lukaku ne jouera qu’un seul match. S’il est prêt pour demain, il jouera face à Saint-Marin et pas dimanche. Thomas Meunier, Axel Witsel, Timothy Castagne et Thorgan Hazard également ne joueront qu’un seul des deux matches ».

Sur Thibaut Courtois : « Thibaut a perdu deux kilos à cause de sa grippe intestinale et a eu besoin de temps pour récupérer. Il a pu reprendre les entraînements correctement et est concentré pleinement sur le prochain match »

Sur Eden Hazard : « Je suis tout d’abord content de revoir Eden dans le groupe. Il est là avec le sourire. Eden Hazard, c’est la classe mondiale : un joueur unique et talentueux, un joueur top professionnellement et qui arrive au plus haut point de sa carrière. Il a déjà remporté des titres. C’est quelqu’un qu’un qui soigne son corps. »

Sur le match face à Saint-Marin : « Ce sera une rencontre exigeante, surtout par rapport à notre niveau de jeu. On a bien vu que cette équipe était bien organisée et nous a posé problèmes en première mi-temps. Je veux un match qui nous apportera les trois points et du beau jeu. Ce match peut nous qualifier, ce qui apporte un peu plus de motivation. C’est une belle opportunité de célébrer notre parcours. »

Sur la qualification : « Il ne faut pourtant pas prendre ces qualifications pour acquises, ce n’est pas quelque chose de banal. Avant la qualification pour l’Euro 2016, il fallait remonter à l’Euro 2000 pour voir la Belgique disputer le tournoi continental. Et encore, nous étions pays hôte. La dernière qualification remonte à 1984. Ce jeudi, nous voulons surtout offrir quelque chose à nos supporters. Se qualifier devant son propre public, c’est toujours beau. Nos supporters sont toujours présents pour nous soutenir et nous voulons bien évidemment fêter cette qualification avec eux. »

Sur la suite des éliminatoires : « Le premier pas est la qualification, ensuite on pensera à terminer premier du groupe. La Russie s’est améliorée par rapport au match aller au mois de mars et il faut aussi faire le déplacement jusqu’à Saint-Petersbourg. On ne regarde pas trop au record de buts. Nous voulons surtout être consistants dans nos prestations. Les clean sheets et les buts suivront naturellement. À Saint-Marin notre première mi-temps n’était pas à la hauteur mais on s’est bien repris après la pause. Il faudra continuer sur cet élan. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le calendrier s’adaptera à celui de Westminster
: le Parlement européen a toujours indiqué qu’il ne ratifierait l’accord qu’après son approbation et le vote des textes de mise en œuvre par le parlement britannique.

    Les Européens jouent la pression sur Westminster

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. Vercauteren a pu compter sur l’apport de Nacer Chadli, une fois de plus précieux pour le Sporting.

    De retour à Anderlecht, Franky Vercauteren est déjà chez lui

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Boris, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite