Le responsable de Bicky: «Nous ne nous attendions pas à telles réactions de protestation»

Le responsable de Bicky: «Nous ne nous attendions pas à telles réactions de protestation»

C’est une tempête de protestations qui s’est abattue sur GoodLife Foods (anciennement Izico), producteur du hamburger Bicky, suite au volet en ligne de sa nouvelle campagne pour son hamburger de friterie. La consternation vient du fait que l’entreprise alimentaire néerlandaise basée à Breda a utilisé une image évoquant la violence faite aux femmes pour faire passer son message publicitaire. Conseillée par une agence de publicité dont elle préfère taire le nom, GoodLife Food a posté cette image sur Facebook ce lundi et l’a retirée hier en soirée du réseau social, suite au tollé que le visuel a provoqué.

Dans un premier temps, GoodLife Foods a réagi de manière assez désinvolte, en allant jusqu’à mettre l’importance de son message publicitaire (la lutte contre l’imitation de son produit Bicky Burger) sur le même pied que le combat contre la violence faite aux femmes. Mais ce mardi, le ton a changé. Dans un bref communiqué beaucoup plus formel à l’attention de la presse, de la sphère politique et de ses clients, l’entreprise commence par déclarer : « Bicky a touché… et coulé. » Elle enchaîne : « Nous voulions nous excuser auprès de toutes les personnes qui ont été scandalisées par ce message. Nous regrettons profondément que cette publication ait semblé promouvoir certaines opinions. Bien qu’il n’ait nullement été dans notre intention d’encourager la violence, nous comprenons le débat survenu dans les médias. »

« Nous avons posé les mauvais choix »

Contacté par Le Soir, Tom Stevens, responsable de la marque Bicky pour le Benelux ajoute : « Au moment de concevoir notre campagne, nous ne nous attendions pas à telles réactions de protestation. Nous ne cherchions pas à susciter toutes ces réactions. Aujourd’hui, nous faisons notre mea culpa. Nous avons posé les mauvais choix. Maintenant, nous ne cherchons plus la publicité pour nos produits. La violence envers les femmes est plus importante que notre marque. Nous ne voulons pas que Bicky soit associé à cette violence. Et nous souhaitons que cette polémique s’arrête au plus vite. Dans le futur, nous allons poser des actes positifs pour montrer que Bicky est une marque correcte. »

En conclusion de son communiqué, GoodLife Foods pousse le mea culpa jusqu’à déclarer : « La violence conjugale est un problème qui doit être abordé dans notre société. Nous avons entre-temps été en contact avec la Hulplijn 1712, ligne téléphonique du gouvernement flamand permettant de signaler toute forme d’abus et l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, afin d’examiner comment Bicky Burger pourrait à l’avenir contribuer à ce sujet de société. » Mais pour l’heure, il est à craindre que le producteur du Bicky Burger aura de la peine à porter sa pierre à l’édifice de la lutte contre les violences faites aux femmes.

► Publicité sexiste de Bicky Burger: le ministre flamand de l’Egalité des Chances porte plainte

Sur le même sujet
Publicité
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le calendrier s’adaptera à celui de Westminster
: le Parlement européen a toujours indiqué qu’il ne ratifierait l’accord qu’après son approbation et le vote des textes de mise en œuvre par le parlement britannique.

    Les Européens jouentla pression sur Westminster

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. Vercauteren a pu compter sur l’apport de Nacer Chadli, une fois de plus précieux pour le Sporting.

    De retour à Anderlecht, Franky Vercauteren est déjà chez lui

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Boris, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite