Milan-Turin: le Canadien Michael Woods gagne devant Valverde, Tiesj Benoot 4e

©Belga
©Belga

Le Canadien Michael Woods (EF Education First) a remporté avec autorité la classique italienne Milan-Turin (1.HC) disputée mercredi sur 179 kilomètres devant l’Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) et le Britannique Adam Yates (Mitchelton-Scott). Tiesj Benoot (Lotto Soudal) a pris la 4e place.

L’arrivée s’est jugée au sommet de la colline de Superga longue de 4,9 km avec un pourcentage moyen de 9,1 % et un passage à 14 %.

Trois hommes ont tenté leur chance avec, déjà, Michael Woods, l’Espagnol Gorka Izagirre (Astana) et l’Australien Jack Haig (Mitchelton-Scott). Le Français David Gaudu (Groupama-FDJ) a tenté d’effectuer la jonction au moment où Woods a remis une accélération. Derrière, Alejandro Valverde, le Colombien Egan Bernal (Ineos) et Adam Yates ont tenté aussi de rejoindre le devant de la course. Dans le dernier kilomètre, Tiesj Benoot et le Néerlandais Bauke Maulema (Trek-Segafredo) ont rejoint les hommes de tête.

Les derniers 500 mètres sont épiques mais Woods, 32 ans, était bien le plus fort et succède au Français Thibaut Pinot. Le Canadien remporte sa 4e victoire professionnelle après des succès à l’Herald Sun Tour cette année, une étape de la Vuelta l’an dernier et une autre au Tour de l’Utah en 2015.

David Gaudu complète le top 5 alors que Bernal, le vainqueur du Tour de France, prend la 6e place alors que le Tour de Lombardie est au programme samedi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej, patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Sanders a fait son come-back sur ses terres new-yorkaises, devant une foule compacte de 20.000
personnes.

    Sanders a réussi son retour dans la course: «Bernie is back!»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite