Un trio Thiry, Hansen, Levaux pour piloter Nethys

Bernard Thiry, Jean-Pierre Hansen et Laurent Levaux, trois profils complémentaires.
Bernard Thiry, Jean-Pierre Hansen et Laurent Levaux, trois profils complémentaires. - Belga/Pierre-Yves Thienpont.

Ils seront trois ! Un trio de « sages » pour gérer le conseil d’administration de Nethys, et déminer le terrain. C’est ce qui vient de se décider, en coulisses, apprend Le Soir à plusieurs sources. Elio Di Rupo (PS) et Willy Borsus (MR) étant notamment à la manœuvre.

Pour rappel, une assemblée générale de Nethys a été convoquée en urgence. Elle se tiendra ce vendredi, à midi. L’objectif de cette réunion est d’acter la démission de l’ensemble du conseil d’administration actuel, et de remplacer ce petit monde par de nouvelles têtes. Restait à trouver, extrêmement rapidement, les candidats du renouveau. Ceux qui vont prendre la place du président Pierre Meyers, de François Fornieri, et des six autres administrateurs.

Les téléphones ont chauffé. Des rencontres ont eu lieu. Et un trio se dégage, qui a marqué son accord de principe pour reprendre le conseil d’administration, moyennant l’accord de l’assemblée générale, évidemment. Il y aura, dans l’ordre alphabétique, Jean-Pierre Hansen, Laurent Levaux, et Bernard Thiry. Lequel parmi ces trois sera président, n’est pas encore déterminé. Des profils industriels, de capitaines d’entreprise. Et un mélange assez subtil d’équilibres entre différentes tendances politiques. Et entre Liégeois et non-Liégeois.

Trois profils complémentaires

Jean-Pierre Hansen, c’est l’ancien patron d’Electrabel. Proche de Jean-Claude Marcourt (PS), il préside aujourd’hui encore le conseil d’administration de l’ARES (Académie de recherche et d’enseignement supérieur). Il a également été nommé président du comité de pilotage RER par le ministre fédéral François Bellot (MR) en 2017, dont il vient de suspendre le travail, faute de combattants. Et, pour compléter la palette politique, il a démarré sa carrière au cabinet du ministre CDH (PSC) André Oleffe aux Affaires économiques. Notons que l’homme a une fibre liégeoise prononcée, notamment parce qu’il a fait ses études d’ingénieur à l’institut Montefiore (ULiège).

Laurent Levaux, lui, est président du CA d’Aviapartner, société de services aéroportuaires qu’il a dirigée de 2008 à 2016. Etiqueté MR, ce Liégeois siège sur quota libéral au sein de différents CA d’entreprises publiques, comme bpost, FN Herstal et Proximus. A Liège, on le dit proche du ministre Pierre-Yves Jeholet. Il a fait savoir il y a quelques jours qu’il était candidat au rachat des Editions de L’Avenir avec un consortium réuni autour d’IPM (La Libre, La DH). Donc candidat au rachat d’une filiale de Nethys.

Enfin, Bernard Thiry est l’ancien patron d’Ethias, historiquement proche du nouveau ministre-président wallon Elio Di Rupo. Bernard Thiry connaît aussi bien l’entreprise Nethys. Il a en effet été appelé à la rescousse en 2018 pour prendre la présidence de Resa, le gestionnaire de réseau du groupe liégeois Publifin/Enodia. C’est lui qui a copiloté la sortie de Resa du giron de Nethys, pour la loger directement sous le contrôle de l’intercommunale Enodia. Son arrivée dans Nethys impliquera sa démission de Resa, ces deux mandats étant incompatibles. Notons enfin qu’il a été cité dans l’affaire de la « pergola », tout comme Stéphane Moreau. En 2018, la chambre du conseil a toutefois prononcé un « non-lieu », mais le parquet a annoncé qu’il ferait appel.

Pas vocation à rester trois

Ces trois hommes seront les premiers à intégrer le nouveau conseil d’administration de Nethys. Ils ont pour mission de s’entourer de quelques administrateurs supplémentaires. Ils devront aussi gérer les licenciements du management, dont celui de l’emblématique administrateur-délégué Stéphane Moreau. Et partir dans la foulée à la recherche d’un nouveau patron, car aucune de ces trois figures n’a l’intention de gérer l’opérationnel, entend-on à plusieurs sources.

Enfin, il leur reste à gérer l’épineux dossier des ventes des actifs. Faire ou défaire ? Privatiser ou pas ? On n’en est évidemment pas là, les trois hommes devant avant tout prendre connaissance des dossiers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite