Footbelgate: «Veljkovic ne peut plus travailler comme agent en Belgique», affirme l’Union Belge

©Photonews
©Photonews

Selon l’Union Belge de Football (URBSFA), Dejan Veljkovic, repenti et figure de proue du scandale qui touche le football belge, ne pourra plus agir en tant qu’agent de joueurs en Belgique. C’est ce qu’a confirmé le porte-parole de la Fédération Pierre Cornez à Belga mercredi après les déclarations de l’avocat de Veljkovic évoquant un retour aux affaires de son client dans le monde du football.

Après l’éclatement du « Footbelgate » et son arrestation, Dejan Veljkovic a conclu un accord avec la justice, bénéficiant du statut de repenti. Il s’est ainsi accordé sur une peine de prison de cinq ans avec sursis, une amende de 80.000 euros avec sursis et la confiscation de toutes les sommes d’argent obtenues illégalement. En échange, il a dû fournir à la justice des informations importantes et complètes sur son activité personnelle et sur les mécanismes utilisés dans le milieu en général.

Selon son avocat, toute cette histoire est désormais derrière Veljkovic qui désire à présent faire son retour dans le monde du football. Des contacts auraient déjà été pris dans le milieu belge et à l’étranger, a révélé Kris Luyckx au micro de la VRT. Or, Veljkovic est sur le coup d’une interdiction d’exercer de 10 ans en raison de son rôle dans l’arrangement du match Malines – Waasland-Beveren du 11 mars 2018. Selon Kris Luyckx, cela ne consiste pas un frein pour Veljkovic. « Mon client n’a jamais été affilié auprès de l’Union Belge et ne peut donc être sanctionné », clame-t-il.

Le service juridique de l’Union Belge a rétorqué que – conformément au règlement fédéral – les clubs ne peuvent travailler qu’avec des agents agréés. Et vu que Veljkovic est suspendu pour dix ans, les clubs ne peuvent pas collaborer avec lui. Le cas échéant, des sanctions pouvant aller de l’amende à la cessation de l’activité sportive sont prévues conformément à l’article B1901.2 du règlement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej, patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Sanders a fait son come-back sur ses terres new-yorkaises, devant une foule compacte de 20.000
personnes.

    Sanders a réussi son retour dans la course: «Bernie is back!»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite