Accueil Monde Asie-Pacifique

Les Iraniennes au stade: une petite victoire au goût amer

La Fifa prévoit de punir les fédérations de football qui pratiquent la discrimination basée sur le genre. Et pourtant, l’Iran ne tolère qu’exceptionnellement la présence des femmes dans les stades. Dont ce mercredi soir, pour un match de qualification en vue du Mondial 2022.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Ce jeudi soir, pour la première fois depuis près de 40 ans, 3.500 Iraniennes pourront assister à un match de football dans le stade Azadi ( « Liberté » en persan) de Téhéran. Fait extraordinaire en Iran, elles ont été autorisées à acheter leur billet pour ce match de qualification pour le Mondial 2022 qui opposait l’Iran au Cambodge.

Mais la joie de ces supportrices a un goût amer : personne n’a oublié l’immolation par le feu mi-septembre de la « fille en bleu », Sahar Khodayari, 29 ans, fan du club Estegahl au blason azur. La jeune femme n’avait pas supporté d’être poursuivie par la justice pour avoir tenté de pénétrer dans ce même stade déguisée en homme : elle risquait 6 mois de prison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs