La Belgique condamne l’offensive turque en Syrie et saisit le Conseil de sécurité de l’ONU

La Belgique condamne l’offensive turque en Syrie et saisit le Conseil de sécurité de l’ONU

La Belgique condamne les opérations en cours dans le nord-est de la Syrie, a indiqué mercredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, en commission de la Chambre. Plus tôt dans la journée, elle avait appelé à la retenue et demandé qu’il n’y ait pas d’invasion.

Donald Trump sur l’offensive turque en Syrie : « Les Etats-Unis n’approuvent pas cette attaque »

La Belgique a demandé avec la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne l’inscription en urgence de ces événements à l’ordre du jour de la réunion du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

« L’urgence, maintenant, c’est le Conseil de Sécurité. C’est là qu’il est possible d’avoir une véritable réaction car c’est là que les problèmes de sécurité se règlent », a-t-il dit en réponse aux questions des députés.

La Turquie sous pression

Plusieurs d’entre eux ont réclamé des actions à l’échelon européen et de l’OTAN. Le député Samuel Cogolati (Ecolo) plaide à ce titre pour la suspension de toute forme de coopération militaire avec la Turquie, membre de l’OTAN, et l’adoption de sanction européennes.

Le chef de la diplomatie belge n’a rien exclu mais ne s’est pas engagé dans une telle voie pour le moment. « Nous essayons d’avoir une position commune au niveau de l’Union européenne. Ce n’est pas encore le cas », a-t-il constaté.

Devant le parlement européen, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a toutefois déjà appelé la Turquie à faire preuve de retenue et à mettre fin aux actions militaires en cours. Une réunion du Conseil Affaires étrangères est prévue lundi à Luxembourg.

Quel que soit le groupe politique à s’exprimer, l’heure était à l’indignation devant les opérations militaires turques ainsi que le retrait américain de la région. En filigranes, se dessinait aussi la question d’une interposition militaire impliquant des pays européens, dont la Belgique.

« Plus que des mots »

Il faudra « plus que des mots », a averti le chef de groupe N-VA, Peter De Roover. « Il faut tirer les conséquences de notre indignation. On ne peut plus éviter ce débat », a-t-il ajouté.

Mardi, en séance plénière, Georges Dallemagne (CDH) et Christophe Lacroix (PS) avaient également emprunté cette voie, le premier jugeant que la Belgique « pourrait faire plus », le second qu’il faudrait « un engagement plus fort de notre pays ».

La Belgique a déjà participé à des opérations dans la région, d’abord en Irak avant d’étendre son action à la Syrie, par le biais de chasseurs-bombardiers F-16 opérant depuis la Jordanie.

« Mais avec une demande très claire du parlement : pas de présence de nos militaires sur le sol syrien », a précisé M. Reynders.

Si le royaume, dans un cadre européen, devait participer à une force d’interposition dans le nord-est de la Syrie, il faudra sans doute modifier cette règle. « C’est un débat qui devra avoir lieu aussi au parlement. Si on plaide pour une action européenne, nous ne serons pas très convaincants si l’on annonce dès le départ qu’on ne sera pas présent sur le terrain », a fait remarquer le chef de la diplomatie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite