Joe Biden appelle pour la première fois à la destitution de Donald Trump

Joe Biden appelle pour la première fois à la destitution de Donald Trump
AFP

Les ténors démocrates, au premier rang desquels Joe Biden, ont affiché mercredi leur détermination à tenir tête au président américain Donald Trump qui, sous la menace d’une procédure de destitution, a choisi l’affrontement maximal.

Donald Trump « piétine la Constitution et nous ne pouvons pas le laisser s’en sortir comme ça », a tonné l’ancien vice-président de Barack Obama et possible adversaire du milliardaire républicain en 2020.

« Pour protéger notre Constitution, notre démocratie, nos principes fondamentaux, il doit être visé par une procédure de destitution », a-t-il ajouté depuis le New Hampshire. « Pathétique », lui a répondu le locataire de la Maison Blanche dans un tweet.

Un clash lourd de conséquences

L’issue du clash constitutionnel qui démarre sera lourde de conséquences pour M. Trump mais constituera aussi un test pour les institutions démocratiques américaines.

La stratégie de la Maison Blanche est claire : bloquer toutes les demandes, tenter de convaincre l’électorat républicain que la procédure en cours n’est qu’une basse manoeuvre politique et se servir de cette dernière pour galvaniser les troupes pour l’élection présidentielle à venir.

« Les démocrates-qui-ne-font-rien sont obsédés par une seule chose : nuire au parti républicain et au président », a tweeté Donald Trump mercredi matin. « La bonne nouvelle, c’est que NOUS ALLONS GAGNER!!!! ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le calendrier s’adaptera à celui de Westminster
: le Parlement européen a toujours indiqué qu’il ne ratifierait l’accord qu’après son approbation et le vote des textes de mise en œuvre par le parlement britannique.

    Les Européens jouentla pression sur Westminster

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. Vercauteren a pu compter sur l’apport de Nacer Chadli, une fois de plus précieux pour le Sporting.

    De retour à Anderlecht, Franky Vercauteren est déjà chez lui

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Boris, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite