Tensions à l’Union wallone des entreprises: Di Rupo prend parti pour Jacques Crahay

Le ministre-président wallon, un soutien de poids.
Le ministre-président wallon, un soutien de poids. - Belga.

C’était à attendre. La sortie controversée du président de l’Union wallonne des entreprises (UWE), Jacques Crahay, d’une part sur l’enjeu climatique (et le fait que l’économie ne doit pas « dicter sa loi »), et d’autre part sur les tensions internes à l’organisation, a en effet fait partie des temps forts de l’assemblée générale, mercredi soir.

On s’attendait moins à ce que le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, s’immisce dans le débat. Qualifiant Jacques Crahay de « visionnaire » et citant certaines de ses interventions, le socialiste y est allé crescendo. D’un « La bataille contre le changement climatique nous impose un basculement vers de nouveaux modes de production », il est rapidement monté en puissance pour finir sur le fait qu’un « nouveau paradigme économique s’impose à nous. L’époque de maximisation du profit se termine ».

L’administrateur délégué de l’UWE, Olivier de Wasseige, a quant à lui estimé qu’il était possible d’avoir à la fois « une croissance respectueuse du milieu et génératrice des moyens nécessaires à assumer le financement de nos besoins ». « On peut réussir à combiner croissance économique avec respect de l’environnement », a-t-il dit.

Visiblement ému par le soutien d’Elio Di Rupo, Jacques Crahay a dit ne pas vouloir répondre, avant de donner un discours sans vagues sur l’innovation. Dans l’assemblée, les avis étaient partagés, l’intervention du président de l’UWE aurait été l’occasion de faire amende honorable pour certains, alors que pour d’autres, elle avait convaincu qu’il était capable de parler au nom de l’ensemble de ses membres, sans clivage (ce dont il était accusé après sa sortie dans L’Echo).

Une discussion à venir

Personne ne s’avançait, dans nos interlocuteurs, sur son avenir à la présidence de l’UWE, mais les tensions restaient palpables. Vraisemblablement, il aura à s’expliquer avec les instances de l’organisation patronale. Beaucoup s’attendent à ce qu’il reconnaisse avoir fait une erreur en révélant dans la presse que son premier discours à ce poste avait dû être réécrit plusieurs fois et vidé des trois quarts de son contenu, ou encore que certains avaient voulu le « dégommer ». Il ne tient d’ailleurs plus à s’exprimer sur la forme. La plupart de nos interlocuteurs pensent aussi qu’il acceptera « de rentrer dans le rang ». Reste à voir si cela suffira à ceux qui, à en croire le principal intéressé, voulaient le remplacer bien avant cet épisode explosif. Une fois le brouhaha dissipé, le débat de fond devrait pouvoir avoir lieu. « Il faut sortir par le haut », nous glisse un membre. Car finalement, l’enjeu de sa sortie était bien là.

Sur le même sujet
Évolutions climatiques
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

  3. d-20170713-3FU0WW 2017-07-13 16:52:12

    Amougies, le Woodstock belge, a 50 ans

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite