Euromillions Basket League: toujours pas de victoire pour Charleroi qui s’incline contre Anvers

©Photonews
©Photonews

Mercredi soir, dans le cadre de la cinquième journée en Euromillions Basket League, le championnat de basket belge, Charleroi s’est une nouvelle fois incliné au Dôme face à Anvers (76-100). C’est la quatrième défaite de suite pour les Carolos qui n’ont pas encore gagné le moindre match en championnat cette saison. Anvers, quant à lui, affiche un bilan parfait de 2/2.

Ce duel entre Charleroi et Anvers, vice-champion de Belgique, a été à sens unique pendant quarante minutes. Jamais Charleroi n’a été en mesure d’inquiéter les Giants qui menaient déjà de près de dix unités à la pause (38-47).

C’est au retour des vestiaires que les visiteurs ont fait la différence en rentrant six tirs à trois points et en remportant le troisième quart 13-31. L’écart a grimpé jusqu’à 30 points (44-74) et les Anversois s’imposent finalement (76-100).

Côté visiteurs, Hans Vanwijn a marqué 20 points, Victor Sanders 17 et Vincent Kesteloot 15. Pour les Carolos, c’est Josh Sharma qui termine meilleur marqueur avec 13 points. Avec cette quatrième défaite de suite, Charleroi pointe à la dernière place du groupe A alors qu’Anvers revient à hauteur d’Alost avec un bilan parfait de 2/2.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite