Elio Di Rupo apporte son soutien à Jacques Crahay, lourdement critiqué au sein du patronat wallon

Elio Di Rupo apporte son soutien à Jacques Crahay, lourdement critiqué au sein du patronat wallon

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a conclu son allocution devant l’assemblée générale de l’Union wallonne des Entreprises (UWE), mercredi soir à Louvain-la-Neuve, par un hommage appuyé à Jacques Crahay, président de la fédération patronale qui a suscité des levées de boucliers en interne depuis son récent plaidoyer en faveur d’une économie « plus équilibrée et moins tyrannique ».

Si la tonalité générale de l’intervention du nouveau chef de l’exécutif wallon à l’Aula Magna laissait déjà largement penser qu’il ne désapprouvait pas la sortie du patron de l’UWE, Elio Di Rupo s’est encore montré plus clair lors de sa conclusion, n’hésitant pas à faire siens les propos de Jacques Crahay.

« Seule une activité économique ’sociétalement’ et ’environnementalement’ soutenable aboutira à assurer, pour nos générations futures, la prospérité de la Wallonie et à maintenir, voire améliorer, son excellent cadre de vie. Nous en avons la responsabilité devant les jeunes générations qui sont là et qui nous observent », a cité Elio Di Rupo, suscitant un mélange d’approbations et de murmures dans l’assemblée.

« Ces paroles sont sages. Ces paroles sont justes. Ces paroles sont visionnaires », a ponctué le ministre-président.

Un hommage appuyé qui a visiblement touché Jacques Crahay. Invité dans la foulée à conclure la séance, le président en a même eu quelques difficultés à trouver ses mots.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le calendrier s’adaptera à celui de Westminster
: le Parlement européen a toujours indiqué qu’il ne ratifierait l’accord qu’après son approbation et le vote des textes de mise en œuvre par le parlement britannique.

    Les Européens jouentla pression sur Westminster

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. Vercauteren a pu compter sur l’apport de Nacer Chadli, une fois de plus précieux pour le Sporting.

    De retour à Anderlecht, Franky Vercauteren est déjà chez lui

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Boris, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite