Christine Defraigne, quatrième candidate à la présidence du MR

Christine Defraigne veut «
réoxygéner le MR
», notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral…
Christine Defraigne veut « réoxygéner le MR », notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral… - Bruno Dalimonte.

Nous écrivions mercredi qu’elle devrait se lancer dans la course et elle le confirme ce jeudi matin dans les éditions de Sudpresse  : Christine Defraigne est bien candidate à la présidence du MR, après Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez et Philippe Goffin. Et elle ajoute « ne pas avoir l’intention de perdre ».

Pourquoi se présenter ? Christine Defraigne confie à nos confrères qu’elle veut « faire campagne avec comme engagement, la sincérité des valeurs ». Elle développe : « Je ne souhaite pas une société de repli identitaire, très clairement. Et je le dis : attention à ne suivre une voie qui ferait de nous comme Les Républicains en France. Le MR a parfois été trop dans l’affrontement avec les corps intermédiaires – les syndicats, notamment –, trop clivant. Nous devons être beaucoup plus à l’écoute de l’évolution sociologique. Notamment les villes et leur multiculturalisme. »

Elle veut aussi, « réoxygéner le MR », notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral… Et, comme Philippe Goffin ou Denis Ducarme le mettent aussi en avant, « que les militants puissent participer » aux décisions du parti. Elle propose donc « la mise en place de referendums des militants via un vote électronique pour recueillir leur point de vue ». Elle veut encore revoir les statuts du parti et accorder aux Jeunes MR une vice-présidence du parti.

« On m’a toujours appris qu’il fallait avoir un esprit critique »

Ses chances ? Defraigne entend bien gagner. Tout en sachant : « J’ai cru percevoir que je n’étais pas la candidate de l’establishment, de l’appareil du parti. Mais qu’importe. Le militant libéral est quelqu’un qui ne se laisse pas dicter sa conduite ni son choix. » Et elle ajoute : « J’ai pris de gros risques, j’ai affronté les tempêtes du Cap Horn pour porter les valeurs auxquelles je crois. Dans la vie, il y a toujours les mots et les actes. Ces actes, je les ai posés et assumés, parfois envers et contre tout. » Tout en assurant : « Je ne suis pas une rebelle. Mais on m’a toujours appris qu’il fallait avoir un esprit critique. Et je l’ai fait marcher, c’est quand même ça qu’on attend d’un libéral. »

Et si elle ne gagne pas ? « Je respecterai le suffrage, quoi qu’il advienne. Nous nous rassemblerons et nous co-construirons un projet commun autour du nouveau président », promet-elle dans les colonnes de Sudpresse.

Dernière précision : « Si je suis présidente, il est vraisemblable que je ne cumulerai pas. » Christine Defraigne renoncerait donc alors à son échevinat liégeois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

  3. d-20170713-3FU0WW 2017-07-13 16:52:12

    Amougies, le Woodstock belge, a 50 ans

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite