Christine Defraigne, quatrième candidate à la présidence du MR

Christine Defraigne veut «
réoxygéner le MR
», notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral…
Christine Defraigne veut « réoxygéner le MR », notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral… - Bruno Dalimonte.

Nous écrivions mercredi qu’elle devrait se lancer dans la course et elle le confirme ce jeudi matin dans les éditions de Sudpresse  : Christine Defraigne est bien candidate à la présidence du MR, après Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez et Philippe Goffin. Et elle ajoute « ne pas avoir l’intention de perdre ».

Pourquoi se présenter ? Christine Defraigne confie à nos confrères qu’elle veut « faire campagne avec comme engagement, la sincérité des valeurs ». Elle développe : « Je ne souhaite pas une société de repli identitaire, très clairement. Et je le dis : attention à ne suivre une voie qui ferait de nous comme Les Républicains en France. Le MR a parfois été trop dans l’affrontement avec les corps intermédiaires – les syndicats, notamment –, trop clivant. Nous devons être beaucoup plus à l’écoute de l’évolution sociologique. Notamment les villes et leur multiculturalisme. »

Elle veut aussi, « réoxygéner le MR », notamment en se rapprochant des associations de médecins, d’infirmiers, d’avocats, de la mutualité libérale, du syndicat libéral… Et, comme Philippe Goffin ou Denis Ducarme le mettent aussi en avant, « que les militants puissent participer » aux décisions du parti. Elle propose donc « la mise en place de referendums des militants via un vote électronique pour recueillir leur point de vue ». Elle veut encore revoir les statuts du parti et accorder aux Jeunes MR une vice-présidence du parti.

« On m’a toujours appris qu’il fallait avoir un esprit critique »

Ses chances ? Defraigne entend bien gagner. Tout en sachant : « J’ai cru percevoir que je n’étais pas la candidate de l’establishment, de l’appareil du parti. Mais qu’importe. Le militant libéral est quelqu’un qui ne se laisse pas dicter sa conduite ni son choix. » Et elle ajoute : « J’ai pris de gros risques, j’ai affronté les tempêtes du Cap Horn pour porter les valeurs auxquelles je crois. Dans la vie, il y a toujours les mots et les actes. Ces actes, je les ai posés et assumés, parfois envers et contre tout. » Tout en assurant : « Je ne suis pas une rebelle. Mais on m’a toujours appris qu’il fallait avoir un esprit critique. Et je l’ai fait marcher, c’est quand même ça qu’on attend d’un libéral. »

Et si elle ne gagne pas ? « Je respecterai le suffrage, quoi qu’il advienne. Nous nous rassemblerons et nous co-construirons un projet commun autour du nouveau président », promet-elle dans les colonnes de Sudpresse.

Dernière précision : « Si je suis présidente, il est vraisemblable que je ne cumulerai pas. » Christine Defraigne renoncerait donc alors à son échevinat liégeois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite