Défi: Gosuin et De Smet favoris pour succéder à Maingain

Défi: Gosuin et De Smet favoris pour succéder à Maingain

Cela fait vingt-cinq ans qu’Olivier Maingain est à la tête de l’ex-FDF. Il ne se représente pas à la présidence du parti amarante. Ce jeudi soir, le conseil général de Défi entérinera l’organisation de l’élection qui désignera son successeur. Deux personnalités se dégagent pour lui succéder, Didier Gosuin et François De Smet.

Le bourgmestre d’Auderghem a les faveurs de la grande majorité des Wallons et de pas mal de Bruxellois. Figure historique du parti, son bon bilan en tant que ministre de l’Économie a été abondamment souligné. Très populaire auprès de la majorité des militants, il incarnerait une forme de « transition douce ». Mais au-delà des nombreuses qualités reconnues à Didier Gosuin, son âge pose problème. Difficile, à 67 ans, d’incarner l’avenir du parti.

Son principal adversaire est, lui, un novice en politique. François De Smet, ancien directeur de Myria, a rejoint le parti à la demande d’Olivier Maingain. Malgré un parcours politique naissant, il compte déjà de nombreux soutiens chez Défi. Mais aussi son lot d’opposants. Certains craignent même que l’ancien président profite de la mauvaise connaissance de l’histoire et des structures du parti de son poulain pour continuer à tirer les ficelles en coulisses.

► De Smet et Gosuin ne sont pas les seuls noms qui circulent: notre décodage sur Le Soir+

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

  3. d-20170713-3FU0WW 2017-07-13 16:52:12

    Amougies, le Woodstock belge, a 50 ans

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite