Christine Defraigne candidate à la présidence du MR: «Je veux libérer la parole au sein du parti»

Christine Defraigne candidate à la présidence du MR: «Je veux libérer la parole au sein du parti»
Michel Tonneau

L’actuelle première échevine à Liège et ancienne présidente du Sénat s’est exprimée au sujet de sa candidature à la tête du Mouvement Réformateur, au micro de Matin Première. « Je suis candidate à la présidence du MR car je porte un projet. Nos têtes s’en vont pour de hautes destinées et il faut donc redéfinir le projet libéral. »

Christine Defraigne veut se positionner à l’opposé de la ligne des Républicains français. « Je donne une ligne beaucoup plus recentrée, beaucoup plus claire sur les valeurs. Je ne veux pas que demain le MR ressemble aux Républicains de Laurent Wauquiez. »

« Une guerre juridique va s’enclencher »

L’élue est également revenue sur l’affaire Nethys. « Le gouvernement a pris des décisions fortes et je pense qu’il fallait effectivement faire le ménage. Les conséquences juridiques de cette décision peuvent toutefois être assez difficiles. Une guerre juridique va s’enclencher, d’une manière ou d’une autre. En attendant il faut rassurer les travailleurs, les personnes qui sont à Liège qui s’inquiètent de leur sort. »

Sur le même sujet
PolitiqueMR
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite