Trump n’a pas fait de «chantage» à l’Ukraine contre des armes, assure le président ukrainien

Volodymyr Zelensky (à gauche) et Donald Trump
Volodymyr Zelensky (à gauche) et Donald Trump - Reuters

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé jeudi n’avoir subi aucun «chantage» de Donald Trump, suspecté aux Etats-Unis d’avoir suspendu une aide militaire pour obtenir que Kiev enquête sur le fils d’un rival politique. «Il n’y a eu aucun chantage» de ce type, a assuré M. Zelensky lors d’une conférence de presse, en référence à un appel téléphonique qui vaut au président américain d’être sous la menace d’une procédure de destitution initiée par les élus démocrates.

Le programme d’aide militaire «avait été bloqué avant même notre conversation, et nous n’avons pas évoqué le sujet. Je n’étais même pas au courant», a affirmé M. Zelensky, s’exprimant lors d’une conférence de presse marathon dans une aire de restauration à la mode à Kiev. Selon M. Zelensky, ex-comédien élu en avril, sa conversation téléphonique avec Donald Trump «n’avait rien à voir avec les armes ou avec Burisma», la compagnie ukrainienne un temps liée au fils de Joe Biden, ex-vice-président américain et candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle aux Etats-Unis. «Je voulais le (Trump, ndlr), faire venir en Ukraine», a assuré M. Zelensky.

Le versement de plusieurs centaines de millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine, destinée à contrer l’"agression russe», avait été suspendue en début d’été et quelques jours plus tard, le 25 juillet, Donald Trump s’était entretenu avec M. Zelensky. Selon un lanceur d’alerte, le milliardaire américain a, lors de cette conversation téléphonique, demandé que l’Ukraine enquête sur le fils de son rival démocrate, alors que Kiev avait classé les dossiers liés à Burisma.

Un premier tête-à-tête en marge de l’Assemblée générale de l’ONU

Pour les démocrates, le président américain a alors voulu faire du chantage à l’aide militaire à l’Ukraine pour obtenir d’elle qu’elle déstabilise son rival politique, une forme d’ingérence dans la campagne électorale interdite par le droit américain. L’aide avait finalement été débloquée le 11 septembre.

Début octobre le parquet ukrainien a dit réexaminer des dossiers classés dans le passé et impliquant le groupe gazier Burisma, mais que ceux-ci ne semblaient pas concerner le fils de Joe Biden, Hunter, qui était entré en 2014 au conseil d’administration de cette entreprise. Volodymyr Zelensky et Donald Trump se sont rencontrés pour leur premier tête-à-tête fin septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite