La Maison Dandoy et le Brussels Beer Project lancent un biscuit et une bière zéro déchet

La bière baptisée ’Tough Cookie’ sera produite sur base des spéculoos cassés lors de la production.
La bière baptisée ’Tough Cookie’ sera produite sur base des spéculoos cassés lors de la production. - Maison Dandoy x Brussels Beer Project

La Maison Dandoy et le Brussels Beer Project ont lancé mercredi une bière au spéculoos et un biscuit à la bière. Tous deux sont disponibles dans chacun des points de vente de ces deux enseignes bruxelloises.

L’alliance de la bière et des spéculoos, deux spécialités belges incontournables, a été réalisée dans une volonté de rencontrer les critères d’une économie circulaire et durable, visant à réutiliser les déchets. « Cela fait partie de l’ADN de la maison depuis toujours, depuis 190 ans cette année », explique Alexandre Helson, responsable du marketing et du développement à la Maison Dandoy.

« Les anciennes générations qui sont passées au travers des guerres avaient déjà pour maître-mot de ne pas faire de gaspillage, de ne rien jeter et de réutiliser un maximum de choses. Ce sont ces valeurs héritées de nos grands-parents qui ont été inscrites dans les missions de la maison. On veut vraiment prendre nos responsabilités par rapport aux problématiques environnementales. Nos packagings sont aujourd’hui produits en Belgique via des forêts éco-responsables et on s’attaque maintenant à la problématique du plastique, en cherchant des substituts ».

De quoi sont-ils composés ?

Le nouveau biscuit créé sera composé de 15 % de drêches, qui sont des résidus du brassage des céréales. « Les drêches ont une grande valeur nutritive en termes de fibres et de protéines. C’était un déchet qui était jeté. Le biscuit a des notes de spéculoos, pour faire le lien avec la bière. C’est une pâte sablée avec des amandes ».

La bière baptisée ’Tough Cookie’ sera produite sur base des spéculoos cassés lors de la production. Il s’agit d’une Stout, ou bière noire, avec des notes de noisette grillée. Elle a été infusée avec les biscuits, ce qui lui confère des accents de cannelle et clou de girofle. Plus de 30kg de brisures de spéculoos ont été utilisées pour produire 8.000 bouteilles.

Il est question de renouveler la production si cette première édition commune rencontre les goûts du public.

Sur le même sujet
Belgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite