Naomi Osaka représentera le Japon aux Jeux olympiques

Naomi Osaka représentera le Japon aux Jeux olympiques
Photo News

La star du tennis mondial Naomi Osaka, qui jouit de la double nationalité américaine et japonaise, a décidé d’opter pour celle du Soleil levant avec les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 dans le viseur, a rapporté jeudi la chaîne publique NHK.

Osaka, née d’une une mère japonaise et d’un père haïtien et qui défend les couleurs du Japon sur le circuit mondial, a déclaré dans une interview à la NHK qu’elle avait franchi une étape administrative pour obtenir la citoyenneté japonaise avant son anniversaire le 16 octobre.

La loi japonaise stipule qu’un Japonais ayant plus d’une nationalité doit en choisir une avant ses 22 ans.

« Cela me donne un sentiment particulier d’essayer d’aller aux Jeux Olympiques pour représenter le Japon », a déclaré la détentrice de deux titres en Grand Chelem. « Je pense que je pourrai y mettre plus d’émotion en jouant pour la fierté du pays », a-t-elle dit, selon l’article publié en japonais sur le site de la NHK.

Osaka a ajouté qu’elle visait la médaille d’or bien qu’elle s’inquiète des attentes élevées qui pèseront sur ses épaules lors de ces JO à domicile.

La N.3 mondiale est très populaire au Japon, suivie avec ferveur par les médias locaux et visage de plusieurs grandes marques japonaises.

Vivant aux Etats-Unis depuis l’âge de trois ans, elle est cependant confrontée à des controverses au sujet de son double héritage, les enfants métis étant souvent victimes de préjugés au Japon bien que les attitudes des jeunes générations évoluent.

Elle subit un examen minutieux de ses connaissances imparfaites de la langue japonaise – bien que d’autres insistent sur le fait que ses imperfections ajoutent à son charme.

Naomi Osaka est devenue le premier sportif japonais à remporter un tournoi du Grand Chelem, en 2018 à l’US Open, avant de glaner l’année suivante un second Majeur à l’Open d’Australie, devenant la première japonaise de l’histoire à se hisser au sommet du tennis mondial, hommes et femmes confondus.

Kei Nishikori n’a atteint que la finale de l’US Open 2014 et le 4e rang à l’ATP.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite