5Bricks promet de vendre le plus cher possible

Olivier Zwarts.
Olivier Zwarts. - D.R.

Vous êtes avant tout un homme

de marketing. Pourquoi cet intérêt pour l’immobilier ?

Après avoir étudié à l’Ichec et à l’UCL, j’ai travaillé pendant vingt ans dans le marketing au sein de grandes entreprises. Je me suis récemment associé avec Charles Ducoffre qui est actif dans l’immobilier depuis près de quinze ans. La société 5 Bricks a été créée le 1er septembre. Nous avons lancé notre nouveau concept d’agence proposant une approche différente avec la volonté de vouloir nous démarquer de la plupart des agences immobilières.

En quoi vous différenciez-vous ?

Quand on parle d’immobilier, on parle très souvent d’un patrimoine, d’économies d’une vie, d’un bien précieux qui mérite d’être valorisé à sa juste valeur. Lorsque le moment est venu de vendre, nous croyons qu’il est important de rassurer nos clients et de leur garantir une valorisation maximale de leurs biens immobiliers.

Comment pouvez-vous garantir

cette valorisation maximale ?

C’est d’une part en amont, par une approche marketing innovante. Nous utilisons des technologies modernes pour mettre le bien en valeur avec l’objectif de susciter le coup de cœur. Nous utilisons des visites virtuelles 3D, du home staging virtuel, des vidéos immobilières… D’autre part, notre approche commerciale est originale. Notre commission est liée au résultat. Nos honoraires s’élèvent à 2 % sur un montant convenu avec le vendeur et au-delà de ce montant, notre commission est variable : 10 %, 20 %… Nous avons donc intérêt à vendre le bien le plus cher possible.

L’exclusivité, est-ce important ?

Nous ne travaillons qu’en exclusivité (généralement 3 à 4 mois). C’est essentiel car nous investissons en amont dans la mise en valeur du bien. Notre travail est aussi de remettre une estimation réaliste mais avec une perspective de valorisation ambitieuse.

Pourquoi le nom 5Bricks ?

Nous avons choisi ce nom parce que nous offrons cinq services personnalisés : la vente, la location, la gestion locative, le coaching à l’achat et la rénovation. On a 5 services, 5 valeurs.

Vous sous-traitez ou réalisez vous-même ces prestations ?

Nous sous-traitons la plupart des services de mise en valeur. Nous travaillons avec des sous-traitants très professionnels en qui nous avons pleine confiance. Notre rôle est d’être agent immobilier. En revanche, nous essayons de fournir à nos clients tous les services qui tournent autour de leurs projets immobiliers. On les accompagne de l’achat jusqu’à la vente en passant par la rénovation, la location, la gestion locative. On veut être une agence full services : faciliter la vie de nos clients et leur faire économiser du temps, de l’argent et de l’énergie.

24 h sur 24, 7 jours sur 7 ?

Oui, effectivement. Sur notre site internet, il y a un accès privatif qui permet aux propriétaires de visualiser toutes les démarches que nous avons faites, tous les rendez-vous que nous avons eus… Pour nous, la communication et la transparence sont des valeurs importantes.

Sur quelle zone géographique

comptez-vous vous concentrer ?

Nous commençons par le marché bruxellois mais nous espérons très vite étendre notre rayon d’action et développer des agences 5Bricks un peu partout sur le territoire belge. Nous pensons vraiment que nous avons un concept unique à offrir à nos clients. Pour le faire connaître, nous tablons sur le bouche à oreille et surtout les réseaux sociaux qui sont un vrai accélérateur de croissance.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite