5Bricks promet de vendre le plus cher possible

Olivier Zwarts.
Olivier Zwarts. - D.R.

Vous êtes avant tout un homme

de marketing. Pourquoi cet intérêt pour l’immobilier ?

Après avoir étudié à l’Ichec et à l’UCL, j’ai travaillé pendant vingt ans dans le marketing au sein de grandes entreprises. Je me suis récemment associé avec Charles Ducoffre qui est actif dans l’immobilier depuis près de quinze ans. La société 5 Bricks a été créée le 1er septembre. Nous avons lancé notre nouveau concept d’agence proposant une approche différente avec la volonté de vouloir nous démarquer de la plupart des agences immobilières.

En quoi vous différenciez-vous ?

Quand on parle d’immobilier, on parle très souvent d’un patrimoine, d’économies d’une vie, d’un bien précieux qui mérite d’être valorisé à sa juste valeur. Lorsque le moment est venu de vendre, nous croyons qu’il est important de rassurer nos clients et de leur garantir une valorisation maximale de leurs biens immobiliers.

Comment pouvez-vous garantir

cette valorisation maximale ?

C’est d’une part en amont, par une approche marketing innovante. Nous utilisons des technologies modernes pour mettre le bien en valeur avec l’objectif de susciter le coup de cœur. Nous utilisons des visites virtuelles 3D, du home staging virtuel, des vidéos immobilières… D’autre part, notre approche commerciale est originale. Notre commission est liée au résultat. Nos honoraires s’élèvent à 2 % sur un montant convenu avec le vendeur et au-delà de ce montant, notre commission est variable : 10 %, 20 %… Nous avons donc intérêt à vendre le bien le plus cher possible.

L’exclusivité, est-ce important ?

Nous ne travaillons qu’en exclusivité (généralement 3 à 4 mois). C’est essentiel car nous investissons en amont dans la mise en valeur du bien. Notre travail est aussi de remettre une estimation réaliste mais avec une perspective de valorisation ambitieuse.

Pourquoi le nom 5Bricks ?

Nous avons choisi ce nom parce que nous offrons cinq services personnalisés : la vente, la location, la gestion locative, le coaching à l’achat et la rénovation. On a 5 services, 5 valeurs.

Vous sous-traitez ou réalisez vous-même ces prestations ?

Nous sous-traitons la plupart des services de mise en valeur. Nous travaillons avec des sous-traitants très professionnels en qui nous avons pleine confiance. Notre rôle est d’être agent immobilier. En revanche, nous essayons de fournir à nos clients tous les services qui tournent autour de leurs projets immobiliers. On les accompagne de l’achat jusqu’à la vente en passant par la rénovation, la location, la gestion locative. On veut être une agence full services : faciliter la vie de nos clients et leur faire économiser du temps, de l’argent et de l’énergie.

24 h sur 24, 7 jours sur 7 ?

Oui, effectivement. Sur notre site internet, il y a un accès privatif qui permet aux propriétaires de visualiser toutes les démarches que nous avons faites, tous les rendez-vous que nous avons eus… Pour nous, la communication et la transparence sont des valeurs importantes.

Sur quelle zone géographique

comptez-vous vous concentrer ?

Nous commençons par le marché bruxellois mais nous espérons très vite étendre notre rayon d’action et développer des agences 5Bricks un peu partout sur le territoire belge. Nous pensons vraiment que nous avons un concept unique à offrir à nos clients. Pour le faire connaître, nous tablons sur le bouche à oreille et surtout les réseaux sociaux qui sont un vrai accélérateur de croissance.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • La zoze centrale du Domaine de Manville est lovée au pied de peupliers qui créent un jeu d’ombres accueillant.

    Un Domaine de charme avec les Alpilles pour jardin

  • béton lumineux

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le béton luminescent fait son apparition

  • «
Une bonne partie des sites Natura 2000 ont été des parcs dessinés. Cela, on l’oublie. »

    Par Brigitte De Wolf

    Immo

    Une architecte paysagiste qui imprime sa griffe

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Même dans les zones vertes, la distanciation sociale et les gestes barrières resteront de mise.

    Retour de vacances: une quarantaine à la Belge

  2. 80
% des étudiants estiment que suivre un cours en ligne demande beaucoup plus de travail qu’un cours en auditoire.

    L’étudiant de 2020 préfère les auditoires

  3. Au plus fort de l’épidémie, la SNCB a continué à faire rouler 53
% des trains, représentant 75
% de l’offre de places assises.

    La crise du Covid-19 a fait perdre 445 millions aux chemins de fer

La chronique
  • L'impossible formation d'un gouvernement fédéral

    En 1999, j’étais pendant la soirée électorale de la VRT, pour la première fois, responsable de l’analyse des résultats. Dans un décor virtuel, je me promenais entre des colonnes qui apparaissaient uniquement grâce à l’ordinateur, en expliquant qui étaient les gagnants et les perdants du scrutin. A partir de cette année-là, c’est devenu mon rôle pendant l’émission électorale, c’est pourquoi j’ai très vite compris que, pour faire de la politique, il fallait d’abord savoir calculer.

    Pour les politiciens, c’est devenu une seconde nature. Tout d’abord, ils vérifient leurs propres votes préférentiels, le nombre déterminant leur nouvelle place dans la hiérarchie du parti. Puis, les présidents de partis ont en tête un autre chiffre : 76, soit le nombre de sièges minimal dont ils ont besoin à la Chambre des Représentants pour obtenir une majorité.

    Le compte n’est pas (encore) bon

    La quête d’une majorité n’a jamais été aussi difficile qu’aujourd’hui. Plus que 400 jours...

    Lire la suite

  • Le fil vert sur le bouton vert, le fil rouge sur le bouton rouge. Et l’orange, chef?

    On ne va pas revisiter un chef-d’œuvre du cinéma français, mais un moment d’anthologie. Tant qu’à faire, au stade où nous en sommes, mieux vaut rire du Covid que d’en pleurer. Si vous avez vu « On a retrouvé la septième compagnie », vous avez imprimé à tout jamais une scène de ce film : Robert Lamoureux, colonel français en guerre contre les Allemands, part, un détonateur sous le bras, faire sauter un pont. Histoire de ne pas se tromper, il répète à haute voix : « Le fil vert sur le bouton vert, le fil rouge sur le...

    Lire la suite