Footbelgate: le FC Bruges fait désormais signer un contrat aux agents de joueurs

Footbelgate: le FC Bruges fait désormais signer un contrat aux agents de joueurs
Photo News

En attendant la mise en place de la chambre de compensation (’clearinghouse’) de la Pro League, le Club Bruges a pris lui-même des mesures pour tenir à l’écart les agents de football malhonnêtes. Tout intermédiaire qui veut faire des affaires avec les blauw-zwart doit d’abord signer un contrat et remplir un certain nombre de conditions. C’est ce qu’a confirmé jeudi Hannes D’Hoop, conseiller juridique des Brugeois.

Suite au scandale qui a frappé le football belge, le Club Bruges a commencé à réfléchir en interne à ce qu’il pouvait faire pour se protéger contre les agents malhonnêtes. Depuis janvier, le Club fait signer un contrat ’know your agent’ aux agents. « Nous suivons l’exemple des banques, des assureurs et des avocats, qui soumettent leur client à un contrat ’know your costumer’. Quiconque veut contracter un prêt doit également fournir des informations », a expliqué D’Hoop. « Le document est présenté lors du premier contact avec l’agent d’un joueur. Nous demandons des informations fiscales, juridiques, sur le droit des sociétés et réglementaires. Ce n’est que lorsque ce document est signé que nous procédons avec l’agent. »

Le Club présente le contrat ’know your agent’ à tous les nouveaux agents, mais ceux qui travaillent avec les blauw-zwart depuis un certain temps doivent aussi signer le document. Par exemple, l’agent doit indiquer où il est établi fiscalement, s’il est enregistré auprès de l’Union belge de football (URBSFA) et du gouvernement flamand. Les agents doivent déclarer sur l’honneur qu’ils respectent la réglementation fédérale sur les intermédiaires et les règles de la FIFA.

« Nous voulons nous assurer de la santé juridique et fiscale nécessaires, afin de ne pas travailler avec des agents qui ne remplissent pas les conditions. Cela signifie que nous allons parfois manquer un bon transfert, mais le Club Bruges est partisan de la transparence, nous voulons savoir avec qui nous travaillons. La plupart des agents réagissent bien. S’ils ne signent pas le contrat, nous sommes obligés d’annuler les contrats. »

Cette initiative est saluée par la Pro League et par la Belgian Federation of Football Agents (BFFA). La Pro League n’était pas au courant de l’initiative brugeoise. « Mais nous encourageons tout ce qui augmente la transparence. C’est positif pour les clubs et le football en général », a déclaré le porte-parole Stijn Van Bever.

La Pro League continue à travailler sur des mesures collectives, telles que la chambre de compensation, qui sera votée en décembre et deviendra obligatoire pour tous les clubs en 2020. Les principes de base du contrat ’know your agent’ seront également inclus dans le nouveau règlement du football pour les intermédiaires.

« Chaque club devrait en faire de même en attendant le nouveau règlement, ce qui pourrait prendre du temps », a réagi Jesse De Preter, président de la BFFA. « Pas seulement les clubs professionnels, car les clubs amateurs aussi entrent en contact avec des agents. Un tel document n’exclut pas les mensonges, mais le Club a maintenant un bâton pour les battre. De cette façon, les mensonges sont une rupture de contrat. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite