Accueil Monde Proche-Orient

Offensive en Syrie: de nombreux risques pour le président Erdogan

L’armée turque et ses supplétifs syriens poursuivaient ce jeudi, sur terre et dans les airs, l’offensive engagée contre les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie. L’opération présente de nombreux risques pour le président turc.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Source de paix » : c’est le nom de l’opération que mène actuellement l’armée turque contre les forces kurdes dans le Nord-Est de la Syrie. Recep Tayyip Erdogan est donc parti en guerre en brandissant des mots qui inspirent la quiétude. Toutefois cette offensive pourrait surtout devenir une source d’ennuis pour le président turc, tant l’aventure s’annonce risquée et les inconnues, innombrables. En 16 années de pouvoir, Recep Tayyip Erdogan n’a certes jamais fait montre d’une aversion au risque. Cela ne l’immunise en rien contre les dangers potentiels – pour lui-même et pour son pays – de cette nouvelle campagne syrienne.

Ils sont de plusieurs ordres et dépendent, pour la plupart, de l’ampleur et de la durée de l’offensive en cours. Le problème, justement, est que personne ne sait jusqu’où les soldats turcs et leurs supplétifs syriens ont l’intention de pénétrer en territoire syrien.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par David JOSSART, jeudi 10 octobre 2019, 20:36

    Recep Erdogan est passible d’être traduit devant la Cour internationale de La Haye pour avoir perpétré un véritable génocide avec une préméditation caractérisée et en violation du droit international !

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 10 octobre 2019, 19:21

    Et bien puisqu il menace de nous envoyer les syriens qu on les échange et qu il reprenne ses turcs

  • Posté par Vynckier Albert, jeudi 10 octobre 2019, 19:12

    si la turquie ouvre ses frontières et que trois millions de migrants entrent en europe, certains gouvernement vont être tentés par les sirènes de l'extrême-droite.

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 10 octobre 2019, 18:38

    ça va très mal finir...

  • Posté par Carré Albin, jeudi 10 octobre 2019, 17:30

    Dommage que les états européens semblent castrés!

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs