Présidence du MR: Kattrin Jadin n’est pas candidate mais soutient Bouchez

La députée germanophone a choisi de rejoindre le projet de Georges-Louis Bouchez.
La députée germanophone a choisi de rejoindre le projet de Georges-Louis Bouchez. - PhotoNews

La députée fédérale Kattrin Jadin, vice-présidente du parti, a tranché : elle n’est pas candidate à la présidence du MR. Dans une lettre aux militants, elle appelle à se rassembler derrière la candidature de Georges-Louis Bouchez, duquel elle a obtenu des garanties que les priorités qui lui sont chères seront défendues. A savoir : « une meilleure gouvernance au sein du parti » ; « des processus de décisions plus larges et plus démocratiques » ; la défense dans la société de « la liberté d’expression qui dépasse le culte de l’interdit et de la moralisation » ; la défense du « principe d’égalité des droits et des devoirs », du « droit des genres », du « droit des femmes », et de « la force de l’entreprenariat ».

« L’essentiel pour moi, nous explique-t-elle, c’est avant tout de faire parvenir un message important pour moi et d’avoir des garanties. En faveur de la liberté d’expression, de moins de verticalité afin de tenir davantage compte des membres ce qui s’est fait très peu ces dernières années, de la possibilité de répartir le processus de décision en interne ce qui m’a beaucoup manqué. Et je veux un positionnement net dans les dossiers éthiques et qu’ils puissent être portés par les parlementaires qui le souhaitent (comme moi sur les droits des femmes). J’ai reçu les garanties de Georges-Louis Bouchez que cela ferait partie intégrante de son projet. Et je pouvais déjà me retrouver dans ses points de vue économiques. Choisir, c’est renoncer. Je m’inscris donc dans un processus qui pourra le mieux faire aboutir ces considérations. Je suis mandataire depuis 12 ans, membre du MR depuis 20 ans, je compte bien avoir mon mot à dire dans l’application de ces demandes et en être la garante. J’ai obtenu d’être cette garante. »

Dans sa lettre aux libéraux, Kattrin Jadin ajoute : « Je fais aujourd’hui le choix de porter mes convictions avec force, vigueur et authenticité dans un projet rassembleur et audacieux, résolument libéral et tourné vers l’avenir. Ce projet, c’est celui de Georges-Louis Bouchez. J’ai fait le choix personnel de le soutenir en privilégiant une ambition collective plutôt qu’une ambition personnelle. Dans le cadre de son projet, Georges-Louis m’offre l’opportunité d’être garante des valeurs et des attentes que je viens d’évoquer. »

Elle invite donc ses collègues « à prendre part à ce débat interne ». Et assure : « Le sénateur Georges-Louis Bouchez a la capacité de batailler fermement pour faire entendre la voix du MR, faire respecter nos valeurs communes et aussi mener la rénovation de notre parti. » Mais elle espère, nous dit-elle, « une sérénité et une bienveillance dans la campagne. Notre parti en sortira grandi et plus fort. »

Sur le même sujet
Justice, droits et liberté
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite