Faute d’accord, chaque groupe politique restera finalement à sa place au Parlement flamand

Faute d’accord, chaque groupe politique restera finalement à sa place au Parlement flamand
Belga

Tous les partis sont d’accord pour dire que ce (déménagement) n’est pas très important », a commenté jeudi le chef de groupe N-VA Wilfried Vandaele.

Des semaines durant, les nationalistes flamands ont pourtant ferraillé -en vain- pour obtenir une autre localisation dans l’assemblée régionale.

A l’inverse du Parlement fédéral, les différentes familles y sont placées en fonction de leur positionnement sur l’axe politique classique gauche-droite. Sur cette base, les élus PVDA s’asseyent logiquement à l’extrême gauche. Et les députés Vlaams Belang à l’extrême droite.

La N-VA, le plus grand parti flamand, n’était toutefois pas très satisfaite de cette règle et souhaitait en changer.

Installés à la fois sur la travée centrale, ainsi que partiellement sur celle de droite (à côté des élus VB), les nationalistes -qui se considèrent comme un parti du centre, et non de droite- voulaient, pour le symbole, changer de place et occuper quasiment à eux seuls toute la partie centrale de l’hémicycle, au détriment des députés CD&V ou Open VLD. En 2014, au début de la législature précédente, la N-VA avait déjà fait part de ce souhait, mais n’avait pas obtenu gain de cause.

Avec le renouvellement de l’assemblée au début de l’été, le parti de Bart De Wever est revenu à la charge avec sa demande. Celle-ci aurait impacté surtout le groupe CD&V, qui ne voulait en aucun cas déménager.

Faute d’accord, c’est donc le statu quo qui prévaudra.

Sur le même sujet
ParlementBart De Wever
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite