Faute d’accord, chaque groupe politique restera finalement à sa place au Parlement flamand

Faute d’accord, chaque groupe politique restera finalement à sa place au Parlement flamand
Belga

Tous les partis sont d’accord pour dire que ce (déménagement) n’est pas très important », a commenté jeudi le chef de groupe N-VA Wilfried Vandaele.

Des semaines durant, les nationalistes flamands ont pourtant ferraillé -en vain- pour obtenir une autre localisation dans l’assemblée régionale.

A l’inverse du Parlement fédéral, les différentes familles y sont placées en fonction de leur positionnement sur l’axe politique classique gauche-droite. Sur cette base, les élus PVDA s’asseyent logiquement à l’extrême gauche. Et les députés Vlaams Belang à l’extrême droite.

La N-VA, le plus grand parti flamand, n’était toutefois pas très satisfaite de cette règle et souhaitait en changer.

Installés à la fois sur la travée centrale, ainsi que partiellement sur celle de droite (à côté des élus VB), les nationalistes -qui se considèrent comme un parti du centre, et non de droite- voulaient, pour le symbole, changer de place et occuper quasiment à eux seuls toute la partie centrale de l’hémicycle, au détriment des députés CD&V ou Open VLD. En 2014, au début de la législature précédente, la N-VA avait déjà fait part de ce souhait, mais n’avait pas obtenu gain de cause.

Avec le renouvellement de l’assemblée au début de l’été, le parti de Bart De Wever est revenu à la charge avec sa demande. Celle-ci aurait impacté surtout le groupe CD&V, qui ne voulait en aucun cas déménager.

Faute d’accord, c’est donc le statu quo qui prévaudra.

Sur le même sujet
ParlementBart De Wever
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite