Nike met fin à l’Oregon Project après la suspension de Salazar pour dopage

photo news
photo news

«  Cette situation, ainsi que d’autres allégations infondées, perturbe de nombreux athlètes et les empêche de se concentrer sur leur entraînement et leurs compétitions », a déclaré le PDG du géant américain de l’équipement sportif, Mark Parker, dans un message interne à ses équipes. « J’ai donc pris la décision de mettre fin à l’Oregon Project. »

Parker nie toute implication de la marque.

« Ce sont des affirmations sans fondement », a-t-il en effet affirmé au magazine Runner’s World.

Le camp d’entraînement dédié essentiellement à la préparation des disciplines d’endurance comme le marathon était dirigé par Alberto Salazar avant que l’USADA (l’agence américaine antidopage) ne le condamne à une suspension de quatre ans pour avoir proposé des produits interdits à ses athlètes.

Nike continuera d’aider les athlètes pour leur trouver de nouvelles structures d’entraînement alors que la marque défend toujours Salazar en affirmant qu’il n’existe aucune preuve selon laquelle des médicaments améliorant les performances des athlètes auraient été utilisés par le Nike Oregon Project.

Alberto Salazar a fait appel de sa suspension, mais reste interdit de toute activité durant cette procédure.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite