Ecolo veut remettre en cause les indemnités versées au management de Nethys

On peut évaluer à 500.000 euros le montant que chacun devrait recevoir.
On peut évaluer à 500.000 euros le montant que chacun devrait recevoir. - Belga

Le conseil d’administration a été le théâtre jeudi soir d’une première cris« ette » entre partenaires wallons. Ecolo a refusé de valider la nomination des trois nouveaux administrateurs Nethys, avant de se raviser. Le député wallon, Olivier Biérin (Ecolo), affirme au micro de Bel RTL que ces revendications, qui ont été acceptées, n’avaient pas pour objectif « de laver plus blanc que blanc et d’ainsi distinguer Ecolo du PS et du MR ».

Après avoir bloqué la nomination du nouveau trio au CA de Nethys, Ecolo accepte

Le député Olivier Biérin insiste : à travers ces revendications, le parti écologiste voulait avant tout que « les choses changent vraiment et donc, avoir des garanties sur le mandat donné aux futurs administrateurs. » « Les enjeux juridiques sont importants dans ce dossier », argumente-t-il.

Ces revendications ne sont donc pas liées au fait qu’Ecolo n’avait pas été tenu au courant des noms du trio des « sages », affirme M. Biérin.

Environ 500.000 euros d’indemnités

Le jeune écologiste admet toutefois avoir ressenti « quelques réticences », « des vieux réflexes de la part de la majorité en place en province de Liège (PS et MR). » « Certains ont fait semblant d’oublier qu’il y avait des niveaux de pouvoirs différents en Belgique », ajoute-t-il tout en soulignant le fait que les trois partis sont finalement parvenus à une décision commune dans la sérénité.

De plus, le parti écologiste souhaite revenir sur les indemnités que vont toucher les cinq membres du comité de direction de Nethys, qui s’élèveraient à deux ans d’émoluments et dont le montant pourrait grimper jusqu’à 500.000 euros. « C’est une décision qui doit être remise en cause et examinée », pointe M. Biérin.

Ce vendredi, Jean-Pierre Hansen, Bernrad Thiry et Laurent Levaux seront donc bien promus administrateurs de Nethys. Ce trio sera mandaté par Enodia/Finanpart pour analyser la pertinence des indemnités promises au management.

Et Muriel Targnion ?

La présidente d’Enodia, maison-mère de Nethys, Muriel Targnion (PS), a annoncé jeudi sa future démission. Elle restera toutefois administrative.

« C’est une responsabilité du PS et du MR qui ont décidé de la maintenir en place, pour nous, elle aurait dû partir », regrette Olivier Bierin. « Elle a défendu plutôt les intérêts de Stéphane Moreau que des actionnaires publiques », indique-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite