Pierre Ménès, le célèbre chroniqueur français, flingue le sacre des Bleus à la Coupe du monde 2018: «C’est un miracle, c’est du jamais vu» (vidéo)

photo news
photo news

En Belgique, la Coupe du monde 2018 reste toujours dans l’esprit des supporters des Diables rouges. Car, même si la Belgique a décroché une troisième place historique en Russie, il y a toujours un goût de trop peu par rapport à la demi-finale perdue face à la France, qui est devenue championne du monde dans la foulée.

Outre-Quiévrain, la joie était forcément de mise. Mais plus de quatorze mois après le sacre tricolore, certains n’hésitent pas à dire ce qu’ils pensent concernant la manière dont la France a évolué. C’est le cas de Pierre Ménès, le célèbre chroniqueur français, qui n’a pas mâché ses mots dans un documentaire sur Didier Deschamps, qui sera diffusé ce vendredi sur TF1.

« L’équipe de France a gagné la Coupe du monde, c’est formidable », commençait Pierre Ménès, dans un court extrait mis en ligne par TF1. « Mais au niveau du jeu, on ne peut pas dire qu’on s’est régalés. J’ai revu trois fois la finale contre la Croatie et j’ai toujours la même analyse du match : c’est un miracle. L’équipe de France frappe trois fois au but et marque quatre buts. En finale de la Coupe du monde, c’est du jamais vu. »

« Une efficacité redoutable »

Des propos qui ont touché Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus. Lequel, visiblement très agacé par la séquence, n’a pas hésité à répondre… « Bientôt on a eu zéro occasion en marquant quatre buts… On est quand même heureux de mener à la mi-temps. Mais après, on peut dire ce qu’on veut, qu’on n’était pas spectaculaire… On a été d’une efficacité redoutable », concluait-il, plein de bon sens.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Vincent Joséphy

    Anderlecht

    Les bulletins des Mauves face à Eupen: Murillo monte en puissance, Amuzu enfin concret

  • @Reuters

    Par Philippe Gerday

    Espagne

    Real Madrid: le rêve d’Eden Hazard vire au cauchemar

  • Blessé contre le Cercle. @News

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Mouscron: Perica peut craindre une déchirure

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. 10857368-171

    Au carnaval d’Alost, l’incompréhension entre opposants et partisans

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite