Plusieurs personnes poignardées à Manchester: la police antiterroriste saisie

Plusieurs personnes poignardées à Manchester: la police antiterroriste saisie
Reuters

La police antiterroriste britannique a été saisie après une attaque à l’arme blanche qui a fait plusieurs blessés vendredi dans un centre commercial de Manchester, pour laquelle un suspect d’une quarantaine d’années a été arrêté.

L’attaque a eu lieu vers 11H15 locales (10H15 en Belgique) et a entraîné le déploiement d’un important dispositif de sécurité dans cette ville du nord de l’Angleterre, frappée il en 2017 par un attentat à la bombe qui avait fait 22 morts à la sortie d’un concert de la pop star américaine Ariana Grande.

Compte tenu de « la localisation de l’incident et sa nature, les officiers de la police antiterroriste mènent les investigations », a indiqué la police dans un communiqué. Le suspect a été placé en garde à vue. Les enquêteurs restent « ouverts » à d’autres pistes, selon la police.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient des policiers en train de maîtriser un homme au sol. Plusieurs personnes ont été blessées et emmenées à l’hôpital, selon les services de secours et la police. Sur Twitter, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit « choqué » et a adressé ses « pensées » aux victimes, remerciant les services de secours et les enquêteurs.

Selon les médias locaux, le centre commercial d’Arndale, où se sont déroulés les faits, a été évacué. Un large dispositif de sécurité a été mis en place.

L’assaillant aurait essayé de frapper des gens « au hasard »

Un témoin de la scène, prénommé Jordan, a raconté à l’agence de presse PA avoir vu un « homme muni d’un couteau se précipiter vers plusieurs personnes ». Peu après, « les agents de sécurité ont ordonné au personnel des magasins de fermer boutique et de diriger les clients vers le fond des magasins », a ajouté le jeune homme de 23 ans, employé dans l’un des commerces du centre commercial.

Freddie Houlder, 22 ans, a quant à lui raconté à PA avoir entendu « des cris juste à l’extérieur » du magasin dans lequel il se trouvait. Une femme est alors entrée dans la boutique en expliquant qu’un homme venait tout juste de tenter de la poignarder. « Heureusement elle avait une veste épaisse », a-t-il ajouté, expliquant que cette femme avait cru dans un premier temps qu’il s’agissait d’un faux couteau, mais qu’elle s’est « effondrée en larmes » lorsque la police lui a dit qu’il s’agissait d’un vrai. Selon le jeune homme, l’assaillant essayait de frapper des gens « au hasard ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite