Nethys: Muriel Targnion salue la nomination des trois nouveaux administrateurs

Nethys: Muriel Targnion salue la nomination des trois nouveaux administrateurs

Muriel Targnion s’est dit « heureuse » de la nomination de Jean-Pierre Hansen, Laurent Levaux et Bernard Thiry comme administrateurs de Nethys. « Ce sont des hommes d’affaires dont les qualités sont reconnues », a réagi la présidente démissionnaire de la maison-mère, l’intercommunale Enodia.

L’assemblée générale de Nethys, qui n’a formellement duré que 18 minutes, hors signature des procès-verbaux, a avalisé vendredi la nomination du nouveau trio d’administrateurs qui lui était proposé. Il est composé de Jean-Pierre Hansen, ex-patron d’Electrabel, Laurent Levaux, président du CA d’Aviapartner et Bernard Thiry, ancien patron d’Ethias et président de Resa. « Je suis heureuse de ce choix », a réagi Muriel Targnion. « J’avais peur que personne n’ose s’y aventurer. Ils n’étaient pas présents (à l’AG). J’ai tenu à les contacter et à leur souhaiter la bienvenue. »

Leur mission sera notamment de gérer le départ des membres du management sortant, dont celui de l’administrateur-délégué Stéphane Moreau. « La décision a été prise de mettre fin à leur contrat. Mais en attendant, ils sont toujours en place », a rappelé Mme Targnion. L’une des tâches principale du nouveau CA de Nethys sera de composer la nouvelle équipe managériale.

« Mon remplaçant devra être socialiste »

Ce nouveau conseil d’administration de Nethys, qui sera élargi dans les prochains jours à d’autres personnes, devra se réunir rapidement. « Un CA commun avec Enodia/Finanpart doit avoir lieu d’ici le 31 octobre », a précisé Mme Targnion, qui y présentera sa démission annoncée jeudi. « D’ici là, il faudra trouver mon ou ma remplaçante. Cette personne devra provenir d’une commune et être socialiste », a rappelé Mme Targnion, qui a ajouté qu’elle continuerait à siéger en tant qu’administratrice.

Celle qui est aussi la bourgmestre PS de Verviers a souligné que sa démission était motivée par des raisons personnelles. « J’ai exercé ce mandat à titre gratuit depuis deux ans, avec des réunions de CA qui durent entre cinq et huit heures. Je pense avoir travaillé sincèrement pour la sauvegarde du groupe, de l’emploi et des communes. »

Sur le même sujet
Économie et finances
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite