Le patron de Radial (bpost), Pierre Winand, démissionne

Pierre Winand.
Pierre Winand. - belga

Pierre Winand, le dirigeant des activités nord-américaines de bpost (Radial, Landmark Global…) va quitter l’entreprise d’ici à la fin de l’année. C’est ce que celle-ci a annoncé ce vendredi soir. Ce départ ne serait pas lié à la mission délicate qu’il lui a été confié, à savoir le redressement du logisticien américain Radial racheté à prix d’or (700 millions d’euros) il y a deux ans et dont les résultats commerciaux se sont vite avérés très décevants. Il doit revenir vivre en Europe pour des raisons personnelles et ne peut donc plus assumer ses responsabilités. « Pierre est parvenu avec énormément de passion et de persévérance à amener Radial sur les bons rails, en vue de faire de cette filiale un moteur de croissance de bpost », a commenté le CEO de bpost Koen Van Gerven.

« Le meilleur directeur financier du pays »

Pierre Winand est l’un des piliers de bpost. Il a rejoint l’entreprise publique en 2006 en tant que directeur financier après une carrière chez le brasseur AB Inbev où il a notamment été vice-président finance pour l’Europe occidentale. En 2013, il a été chargé de la mise en bourse de bpost, ce qui n’était pas une mince affaire. A l’époque, son CEO Johnny Thijs, disait de lui que c’était le meilleur directeur financier du pays. Ce Liégeois d’origine qui a fait ses premières armes en tant qu’auditeur chez KPMG a quitté bpost en 2015 pour effectuer un bref passage d’un an et demi chez le groupe chimique néerlandais Aliancys, au capital duquel on retrouve le fonds d’investissement CVC, ex-partenaire de l’Etat belge au sein de l’actionnariat de bpost. Il est ensuite revenu fin 2016 pour se voir confier par l’actuel CEO, Koen Van Gerven, la responsabilité de l’Amérique nord. Il a intégré le comité exécutif l’année suivante.

C’est un nouveau départ de taille pour bpost après celui en début d’année de Kurt Pierloot, ex-patron de l’activité courrier et architecte du fameux programme de gestion des tournées Georoute. Rappelons que bpost doit aussi encore se trouver un nouveau CEO. Le mandat de Koen Van Gerven arrive à échéance le 26 février 2020 et n’est pas renouvelé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite