Le patron de Radial (bpost), Pierre Winand, démissionne

Pierre Winand.
Pierre Winand. - belga

Pierre Winand, le dirigeant des activités nord-américaines de bpost (Radial, Landmark Global…) va quitter l’entreprise d’ici à la fin de l’année. C’est ce que celle-ci a annoncé ce vendredi soir. Ce départ ne serait pas lié à la mission délicate qu’il lui a été confié, à savoir le redressement du logisticien américain Radial racheté à prix d’or (700 millions d’euros) il y a deux ans et dont les résultats commerciaux se sont vite avérés très décevants. Il doit revenir vivre en Europe pour des raisons personnelles et ne peut donc plus assumer ses responsabilités. « Pierre est parvenu avec énormément de passion et de persévérance à amener Radial sur les bons rails, en vue de faire de cette filiale un moteur de croissance de bpost », a commenté le CEO de bpost Koen Van Gerven.

« Le meilleur directeur financier du pays »

Pierre Winand est l’un des piliers de bpost. Il a rejoint l’entreprise publique en 2006 en tant que directeur financier après une carrière chez le brasseur AB Inbev où il a notamment été vice-président finance pour l’Europe occidentale. En 2013, il a été chargé de la mise en bourse de bpost, ce qui n’était pas une mince affaire. A l’époque, son CEO Johnny Thijs, disait de lui que c’était le meilleur directeur financier du pays. Ce Liégeois d’origine qui a fait ses premières armes en tant qu’auditeur chez KPMG a quitté bpost en 2015 pour effectuer un bref passage d’un an et demi chez le groupe chimique néerlandais Aliancys, au capital duquel on retrouve le fonds d’investissement CVC, ex-partenaire de l’Etat belge au sein de l’actionnariat de bpost. Il est ensuite revenu fin 2016 pour se voir confier par l’actuel CEO, Koen Van Gerven, la responsabilité de l’Amérique nord. Il a intégré le comité exécutif l’année suivante.

C’est un nouveau départ de taille pour bpost après celui en début d’année de Kurt Pierloot, ex-patron de l’activité courrier et architecte du fameux programme de gestion des tournées Georoute. Rappelons que bpost doit aussi encore se trouver un nouveau CEO. Le mandat de Koen Van Gerven arrive à échéance le 26 février 2020 et n’est pas renouvelé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite