Une nouvelle fresque dépeignant un combat de gladiateurs découvert à Pompéi (photos)

Une nouvelle fresque dépeignant un combat de gladiateurs découvert à Pompéi (photos)

Deux gladiateurs au terme d’un combat, l’un est victorieux et l’autre tombe, ensanglanté... Une nouvelle fresque a été découverte sur le site archéologique de Pompéi, a annoncé vendredi le ministère italien de la Culture. Face à face se trouvent un «mirmillon» et un «thrace», deux types de gladiateurs aux armures différentes, classiques adversaires des arènes de la Rome antique.

Le premier, gladium (courte épée romaine) et scutum (grand bouclier) en main porte un casque à large bord, le cimier et son panache de crin, tandis que le second, en position de perdant, bouclier tombé au sol a le corps recouvert de sang.

La fresque, en forme de trapèze et qui mesure environ 1,12 sur 1,5 mètre a été découverte lors de fouilles dans un antique sous-sol, situé à l’angle de la rue des Noces d’argent (vicolo delle Nozze d’Argento) et de la rue des Balcons (vicolo dei Balconi), deux des rues pavées de l’antique cité ensevelie.

Au-dessus de la fresque on peut voir ce qui correspond sans doute à l’empreinte de l’escalier de ce local qui devait être il y a vingt siècles une taverne avec, à l’étage supérieur, un logement occupé par les propriétaires, ou plus probablement, compte tenu de la présence de gladiateurs, par des prostituées, explique le ministère dans un communiqué.

Pour Massimo Osanna, directeur des fouilles, cité dans le communiqué, l’intérêt de la fresque réside dans «la représentation réaliste des blessures, comme celle du poignet et de la poitrine du gladiateur battu, qui laisse couler le sang et mouille ses jambières». «Nous ignorons l’issue du combat. Il pouvait y avoir la mort mais aussi la grâce, cette dernière étant suggérée par le geste de la main fait par le thrace comme pour implorer le salut».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Flocons d'amour
», un des films du genre produit par Netflix.

    Netflix a lancé l’opération «Fêtes»

  2. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  3. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite