De nouveaux heurts en Equateur: Moreno propose un «dialogue direct» aux manifestants

De nouveaux heurts en Equateur: Moreno propose un «dialogue direct» aux manifestants
AFP

Le président équatorien Lenin Moreno a proposé vendredi aux manifestants qui protestent contre les réformes économiques de son gouvernement de «dialoguer directement» avec lui, après un regain des violences à Quito.

«Je fais un appel aux dirigeants pour dialoguer directement avec moi», a déclaré le chef de l’Etat dans une brève allocution télévisée, alors que de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont éclaté vendredi dans plusieurs endroits de la capitale, quadrillée par la police et l’armée.

«Il est indispensable de faire baisser la violence (...) Le pays doit savoir que nous avons la volonté de dialoguer», a ajouté le président. La veille, les responsables indigènes, fer de lance de la contestation sociale, avaient appelé à «radicaliser» les actions de protestation, après avoir rejeté le dialogue soutenu par l’ONU et l’Eglise catholique.

Le 1er octobre, le président Lenin Moreno, un libéral élu sous l’étiquette socialiste, avait annoncé qu’il cessait de subventionner les carburants les moins chers et les plus utilisés dans le cadre d’un accord conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), qui prévoit une aide de 4,2 milliards de dollars en échange de réformes.

Vendredi, aux abord du Parlement où ont été déployés des véhicules anti-émeutes, des hommes cagoulés, s’abritant derrière des planches, ont lancé des pierres et fusées artisanales en direction de la police aux cris de «Assassins». La police a répliqué avec du gaz lacrymogène, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Cinq civils, dont un dirigeant indigène, ont trouvé la mort depuis le début des manifestations il y a dix jours, et près de 2.000 personnes ont été blessées, selon un bilan du bureau du Défenseur du peuple, entité publique de défense des droits.

Des blessés ont été évacués par les manifestants sur des civières de fortune, ont constaté des photographes de l’AFP.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite