Extinction Rebellion: le blocage devant l’Assemblée à Paris dégagé par la police (photos)

Les forces de l’ordre ont délogé un par un les militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion qui ont bloqué samedi matin la circulation devant l’Assemblée nationale, a constaté une journaliste de l’AFP.

«Rendez-nous les vers de terre», «notre maison brûle»... Un peu après 10H00, des dizaines de participants à cette action qui s’inscrit dans une semaine mondiale de désobéissance civile pour réclamer des mesures contre le réchauffement climatique, avaient installé meules de foin et gros bidons noirs sur les quais devant l’Assemblée.

D’autres, assis sur la chaussée, en position de méditation, ou debout derrière tenant une large banderole «Ici on cultive, assemblée citoyenne», barraient d’autres rues autour du bâtiment, très encadrés par les CRS et les gendarmes mobiles.

Après les sommations d’usage, un peu après 11H30, les forces de l’ordre ont d’abord éloigné les journalistes, sous les cris des manifestants scandant «liberté de la presse».

Ils ont ensuite saisi un par un les militants assis sur la chaussée les uns derrière les autres pour rendre l’intervention plus difficile, les portant ou les trainant jusque derrière le cordon de police, sur le pont menant à la place de la Concorde où certains se sont réinstallés.

La circulation était rétablie devant l’Assemblée nationale en milieu de journée, mais le pont où se retrouvaient encerclés quelques dizaines de militants était encore fermé.

«La police n’est pas notre ennemie, nos ennemis ce sont les industriels qui exploitent le vivant et les Etats qui les laissent faire», a lancé un participant. Mais «on n’était pas assez nombreux», a regretté un militant.

Après cinq jours d’occupation de la place du Châtelet et du pont au Change dans le coeur de Paris, Extinction Rebellion a levé le camp vendredi soir pour se concentrer sur cette action de samedi.

C’est en principe la dernière action prévue de cette semaine de mobilisation qui avait commencé samedi dernier par l’occupation pendant 17 heures du centre commercial Italie 2, occupation levée par les militants au petit matin dimanche de leur plein gré.

Les forces de l’ordre avaient également laissé le campement s’installer lundi à Châtelet et y rester toute la semaine sans intervenir, à la grande surprise de nombreux militants qui s’attendaient à être délogés rapidement.

Né il y a un an au Royaume-Uni, XR se mobilise toute cette semaine dans 60 villes du monde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite