Incendie à Rouen: une nouvelle manifestation pour la «vérité» sur les conséquences de l’incendie

Incendie à Rouen: une nouvelle manifestation pour la «vérité» sur les conséquences de l’incendie
AFP

Un peu plus d’un millier de manifestants, selon la police, défilaient samedi après-midi à Rouen pour réclamer la « vérité » sur les conséquences de l’incendie de l’usine chimique Lubrizol le 26 septembre.

« Lubrizol coupable, État complice », « On veut la vérité, Lubrizol doit payer ! » ou encore « Nos gamins en danger, le préfet doit payer », scandaient les protestataires partis à 15h00 du palais de justice.

« Contrairement à ce que dit l’État, il y aura des conséquences sanitaires », a estimé Mathilde, 35 ans, qui habite à Longuerue, au nord-est de Rouen, où est passé le nuage de fumée.

Michel, 67 ans, ancien cheminot, a dit souhaiter que « les règles de sécurité soient enfin appliquées et que l’État contrôle les industriels ». Il a expliqué manifester « pour avoir la clarté sur les conséquences sanitaires de cette catastrophe », alors qu’il a dû jeter tous les légumes de son jardin potager.

Il s’agit de la troisième manifestation organisée dans la ville normande après le gigantesque incendie, le 26 septembre, de cette usine classée Seveso seuil haut.

Dans son appel à manifester, le syndicat CGT exhortait les habitants à « construire une mobilisation d’ampleur sur la durée pour obtenir la vérité, tous les suivis médicaux et les prises en charge nécessaires ».

Sur le même sujet
ManifestationsIncendie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite