Stress, balles cassées…: la police fédérale compte de plus en plus d’incidents par arme à feu

Stress, balles cassées…: la police fédérale compte de plus en plus d’incidents par arme à feu
PhotoNews

On dénombre au moins un incident par arme à feu par mois à la police fédérale, selon les chiffres du ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) qui répondait à une question du parlementaire CD&V Franky Demon, rapportent dimanche Het Nieuwsblad op Zondag.

Selon ces chiffres, 48 accidents du travail avec arme à feu ont été signalés à la police fédérale au cours de la période 2015-2018. « Il s’agit au moins d’un incident par mois par arme à feu », indique le député Franky Demon.

Si le nombre de cas a augmenté ces dernières années, la gravité des blessures engendrées s’est également renforcée. En cause : des balles cassées, le stress lors des interventions, des armes ou chargeurs défectueux, le non-respect des mesures de sécurité ou la mauvaise utilisation des armes.

« Les raisons de ces chiffres sont simples : la violence à l’encontre des services de police augmente », estime Vincent Houssin du SLFP.

Sur le même sujet
PoliceBlessuresArmes à feu
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite